Le retour de L. Onkelinx… sur le « piétonnier géant » de Bruxelles !

(Belga) La présidente de la fédération bruxelloise du PS a prôné samedi la patience dans le dossier du piétonnier sur les boulevards du centre de la capitale. Elle a invité les autorités de la Ville à la poursuite du dialogue sans répondre aux violences verbales dans ce dossier.

Ex-ministre fédérale déchue, L. Onkelinckx (PS) s'occupe désormais du piétonnier...
Ex-ministre fédérale déchue en 2014,  L. Onkelinx (PS) s’occupe désormais du piétonnier de Bruxelles ; âgée à présent de 58 ans, cette femme aussi arrogante qu’incompétente ne sera plus jamais ministre

« Chaque jour, les réactions au piétonnier inondent les réseaux sociaux et les médias, qu’elles soient positives ou de rejet, qu’elles célèbrent le piétonnier, demandent des aménagements, ou qui manient l’injure contre le projet ou l’homme qui le porte. Le piétonnier n’est pas un projet mégalomane issu d’une ambition personnelle (sic). Il fait partie d’un projet de ville qui rend l’espace public aux habitants et offre aux visiteurs une découverte paisible de la ville » a commenté Mme Onkelinx. Pour la présidente des socialistes bruxellois, un tel projet qui change les habitudes a des impacts économiques favorables pour les uns et néfastes pour les autres. Les aménagements et les mesures d’accompagnement doivent permettre de répondre aux craintes légitimes des opposants. Laurette Onkelinx a rappelé que d’ici l’été, en relation avec la Région et Beliris, le projet évoluerait encore. « Et si notre pays évite de retomber dans le lockdown et l’insécurité, le piétonnier montrera ses atouts, ses avantages et son extraordinaire potentiel. En attendant, je demande à mes amis de la ville de continuer à dialoguer, de ne pas répondre aux violences verbales et de consacrer leur temps et leur énergie à améliorer leur beau projet », a-t-elle encore dit, dans un communiqué.

Cette femme...
Surnommée « l’Hystérique » en raison des hurlements stridents qu’elle émettait au Parlement après sa chute, L. Onkelinx a trouvé à Bruxelles-Ville une occupation plus en rapport avec ses aptitudes intellectuelles…

Traduction : « Laissez mon protégé Yvan Mayeur vous berner encore davantage… »

Ce clochard a trouvé refuge au sein du piétonnier et semble avoir vidé une poubelle afin de trouver à manger... sur la table en bois mise à sa disposition par Yvan Mayeur
Vraiment très réussi, le « piétonnier géant » de Yvan Mayeur : ce clochard a trouvé refuge au sein du piétonnier et semble avoir vidé une poubelle afin de trouver à manger… sur la table en bois complaisamment mise à sa disposition par ledit Yvan Mayeur ; et on s’étonne que l’horeca du centre de Bruxelles périclite ?

pietonnier.brussels renseigne le monde entier sur la situation dans le centre-ville de Bruxelles !

Jour après jour, pietonnier.brussels s’affirme à l’échelle mondiale comme le site de référence à propos du piétonnier et du centre-ville de Bruxelles.

Avec plus de 20.000 visiteurs par jour, provenant du monde entier, et la plus riche iconographie — en licence libre — relative au « piétonnier géant » de Yvan Mayeur, ce n’est d’ailleurs guère étonnant.

Tout a commencé en juillet 2015, par quelques « posts » sur les réseaux sociaux à la demande d’un groupe de médecins dont la logistique était devenue infernale suite à l’inauguration du « plus grand piétonnier d’Europe ».

pietonnier.brussels a été le premier média à interpréter le curieux phénomène de la rentrée de septembre 2015 (l’absence d’embouteillage, due à la désertion des automobilistes), à donner la parole à François Chladiuk, propriétaire du Western Shop, dans le cadre de sa campagne d’affichage PIETONNIER = MORT DU COMMERCE, à permettre aux commerçants du centre-ville de voir que Yvan Mayeur les trompait, et à pronostiquer l’échec final de ce piétonnier mal conçu, mais pourtant validé au plus haut niveau de l’Etat belge.

Nous ne nous sommes pas cantonnés à la description du piétonnier ou à l’étude des problèmes qu’il causait1, mais avons élaboré un contre-projet que nous pensons viable.

Pour ce faire, nous avons procédé à des comparaisons avec des villes que nous connaissons bien : Paris, Londres, New York, Barcelone, Athènes, Lisbonne, Naples, Istanbul et même Las Vegas ; on pourrait aussi ajouter les Disneyland de Paris ou d’Anaheim.

L'erreur de Mayeur : croire qu'en posant quelques pierres bleues il pourrait faire de "BXL" une nouvelle Barcelone !
L’erreur — ou plus exactement la faute — de Yvan Mayeur : croire qu’en posant quelques pierres bleues et une fontaine il pouvait faire de « BXL » une nouvelle Barcelone, cité magnifique dont l’histoire remonte aux Romains… En attendant, la capitale de l’Europe est une ville de province dont le centre historique est devenu inaccessible par la faute d’un illuminé !

Voir la comparaison avec Barcelone, Istanbul, New York et Las Vegas.

Comme l’a très justement exprimé Alain Berlinblau le 7 octobre : on peut mettre une rue ou une place en piétonnier, pas un boulevard, car ce dernier est un axe de pénétration trop important : le supprimer revient à asphyxier la ville !

Et c’est exactement ce qui s’est produit : comme le suggère Atrium, le centre-ville de Bruxelles est ni plus ni moins devenu une vaste zone récréative, sujette aux caprices de la météo, et accueillant une population tout à fait différente de celle qui prévalait avant le 29 juin 2015 et surtout… très dangereuse !

Armée
L’armée quadrille Bruxelles dès novembre 2015, mais elle n’a pu empêcher les attentats terroristes du 22 mars 2016 ; de nouveaux attentats sont annoncés, raison pour laquelle le niveau de menace 3 est maintenu…

Le « lockdown » (niveau de menace terroriste porté à 4) de novembre 2015, suivi de la fermeture des tunnels puis des attentats du 22 mars 2016 ont exacerbé la situation, d’autant que de nouveaux attentats terroristes sont annoncés.

S’il n’est pas rapidement mis un terme à cette funeste expérience, de nombreux commerces fermeront ou feront faillite, ce qui revient à tuer l’âme de Bruxelles.

La vitrine du magasin de Hassan
Le magasin de Hassan Kessas, rue du Midi, porte bien son nom : Utopia !

En effet, ces commerces n’étaient pas forcément tous adaptés à notre époque, mais, comme l’a très bien formulé Hassan Kessas, le gérant de la boutique Utopia, ils « étaient » le centre de Bruxelles.

La vitrine de la boutique de Michel Wajs
La vitrine de la boutique de Michel Wajs (ou Wajsbort), initiateur d’un groupe anti-piétonnier sur les réseaux sociaux

En les tuant, Yvan Mayeur (PS), Els Ampe (Open-VLD) et Marion Lemesre (MR) endossent devant les Bruxellois une très lourde responsabilité.

Cette caricature montre à quel point Yvan Mayeur est devenu indésirable dans sa propre ville
Cette caricature montre à quel point Yvan Mayeur est devenu indésirable dans sa propre ville tant il est haï par la population

Yvan Mayeur (PS), personnage aussi médiocre qu’autoritaire, s’est récemment fait « sortir » d’un restaurant gastronomique du centre-ville de Bruxelles, le Cécila.

Le pire bourgmestre depuis la création de la Belgique en 1830 !
Yvan Mayeur : un nom prédestiné, mais en réalité le pire bourgmestre depuis la création de la Belgique en 1830 : incompétent, autoritaire, fourbe, manipulateur, etc. !

Depuis cet incident, le logo « entrée interdite à Yvan Mayeur » fleurit sur les devantures des magasins du centre.

Le lundi 25 avril 2016, plus de deux cents commerçants réunis à l’Hôtel de Ville de Bruxelles réclamaient la démission de Yvan Mayeur.

Ils lui reprochent non seulement sa gestion calamiteuse de la Ville, mais aussi sa fourberie à toute épreuve : il est de fait que Yvan Mayeur ment comme un arracheur de dents2 !

L'affiche électorale de Marion Lemesre, la "fille de commerçants"
L’affiche électorale de Marion Lemesre, la « fille de commerçants »… qui promettait en 2012 — avec un grand sourire photoshopé — de rendre Bruxelles « plus belle » : on voit aujourd’hui le résultat de sa gestion !

Mais le véritable Judas dans cette affaire, c’est Marion Lemesre (MR), échevine du Commerce, laquelle a littéralement trahi ses électeurs… et même ses parents !

Car, contrairement aux autres membres de la bande à Mayeur (Alain Courtois, Els Ampe et Pascal Smet), cette femme n’est pas une incompétente : après leur avoir promis monts et merveilles, elle a délibérément sacrifié les actuels commerçants du centre-ville de Bruxelles.

Comment ? En acceptant d’abord l’idée du « piétonnier géant » et sa désastreuse communication anti-voitures, puis en sabotant délibérément toute mesure qui aurait aidé les commerçants à ne pas s’enfoncer dans le rouge.

Pour quoi ? Au profit de la vision commerciale à très long terme « Regent Street », développée dans cet article.

Misère
Misère, saleté et insécurité : les trois caractéristiques du « piétonnier géant » de Yvan Mayeur…
Métropole
Ah oui, nous avons oublié de mentionner son inaccessibilité quasi totale en voiture ! Ici, l’un des rares « initiés » parvient à se glisser jusqu’au trottoir du malheureux hôtel Métropole qui a dû assigner la Ville pour obtenir ce droit de passage : dans toute autre ville de la planète, cela aurait paru l’évidence même
Le piétonnier géant : véritable progrès ou retour au Moyen-Age ?
Et puis surtout le piétonnier géant, « c’est moche et vide » comme disent les Bruxellois
Logo du GIESS
Logo du GIESS
  1. Le piétonnier est beaucoup trop grand d’un seul tenant, et ne met aucunement en valeur les sites culturellement intéressants
  2. Il a même été jusqu’à créer une page Facebook fictive alimentée par des likes achetés

Dentist in Belgium

Dentist in Belgium est le premier site d’échanges entres dentistes européens à propos de postes de travail et de matériel dentaire en Belgique.

De plus en plus de dentistes des pays de l’Est ou du Sud viennent s’installer en Belgique ; leur première occupation a le plus souvent lieu au sein d’un cabinet social.

Le site comporte deux grandes sections : NEWS et ADVERTISEMENTS ; il est aussi riche en liens utiles (INAMI, lois et arrêtés, etc.).

Les langues utilisées sont indifféremment : l’anglais, le français et le néerlandais.

Dentist in Belgium est membre du GIESS.

Dentist in Belgium
Dentist in Belgium

Site web : Dentist in Belgium

Logo du GIESS
Logo du GIESS

80% des commerces du centre de Bruxelles doivent disparaître d’ici à 2018 !

Question : pourquoi Yvan Mayeur maintient-il contre vents et marées son projet de piétonnier, au risque de causer une véritable apocalypse commerciale ?

Yvan Mayeur, dictateur de Bruxelles-Ville ? Nous n'en sommes plus loin...
Yvan Ier, dictateur de Bruxelles-Ville ? Nous n’en sommes plus loin, car la rouerie de cet homme est incommensurable…

Réponse apparente : « Parce qu’il est buté ! » disent les commerçants… mais cela ne constitue pas la vraie raison, voir ci-dessous.

Questions :

Pourquoi le Collège et la majorité PS-MR continuent-ils à soutenir mordicus Yvan Mayeur ?

Pourquoi Alain Courtois et le MR continuent-ils — malgré leurs apparentes protestations  — à soutenir mordicus le projet originel de piétonnier ainsi que Yvan Mayeur ?

Réponse : parce qu’ils se sont déjà engagés vis-à-vis de tiers (promoteurs, investisseurs, entrepreneurs, etc.) !

Autrement dit, Boris Dilliès (vice-président du MR) pratique tout à la fois l’esbroufe et l’enfumage…

Quant à Alain Courtois et Marion Lemesre,  ils se montrent presque encore plus retors que leur maître Yvan Mayeur !

Question : à quoi pourra bien ressembler en 2020 la cuvette du « piétonnier géant » de Bruxelles, étant entendu que :

  •  la rue Neuve est toute proche
  •  les enseignes de luxe sont dans le haut de la ville
  •  des centres commerciaux comme Docks Bruxsel vont bientôt voir le jour

En d’autres termes, quel genre de nouveau commerce pourrait s’installer au bord du « piétonnier géant » de Bruxelles ?

Regent Street...
Regent Street à Londres est manifestement le modèle que Yvan Mayeur a en tête… mais curieusement cette superbe artère n’est pas piétonne !

Réponse : regardez du côté de Regent Street à Londres !

Vous y voyez par exemple Hamleys1, un magasin de jouets s’étendant sur cinq étages : un tel commerce n’existe ni dans le haut de la ville, ni sur la rue neuve, et encore moins à Docks Bruxsel.

Le fantasme de Yvan Mayeur : une foule de piétons
Le fantasme absolu de Yvan Mayeur : une foule de piétons — dont de nombreux touristes — massés devant un magasin unique en son genre… mais le projet de Yvan Mayeur restera vraisemblablement au stade de fantasme, car Bruxelles ne peut guère se comparer à une mégapole telle que Londres ; entre-temps, des milliers d’emplois et des centaines de commerces auront été sacrifiés sur l’autel des fantasmes de Yvan Mayeur… en pure perte !

Question : cette formule « Regent Street » fonctionnera-t-elle du point de vue commercial à Bruxelles ?

Nous pensons que non, car Bruxelles ne constitue pas un réservoir suffisamment grand de clients et de touristes 2, contrairement à Londres, cité gigantesque de 10 millions d’âmes concentrant en outre le plus grand nombre de milliardaires en Europe (fiscalité attrayante oblige…).

Autre raison et non la moindre : Regent Street n’est pas piétonne, que du contraire !

Les Anglais — peuple pragmatique — ont résolu le problème via la Congestion Charge.

Question : qu’adviendra-t-il des actuels commerçants du piétonnier géant de Bruxelles ?

Le cri de douleur des commerçants du centre de Bruxelles
Le cri de douleur des commerçants du centre de Bruxelles

Réponse : 80% disparaîtront, et certainement 95% de ceux qui ne sont que locataires de leurs locaux commerciaux 3.

Un exemple de signalisation aberrante mise en place par Yvan Mayeur...
Un exemple de signalisation aberrante mise en place par Yvan Mayeur : toutes ces flèches pointent dans la direction du Midi, opposée à celle des quartiers qu’elles sont censées indiquer !

Pour ceux qui n’auraient pas encore compris, la Ville de Bruxelles se charge de les dégoûter — ainsi que leurs clients —, par tous les moyens possibles et imaginables.

Travaux incessants, nuisances sonores, inaccessibilité, embouteillages, saleté, criminalité, immondices non collectées, clochardisation, transports en commun fantaisistes, signalisation aberrante, etc. : tout est mis en œuvre pour les écœurer !

Une "pub" d'une désolante naïveté
Ce « cartel » d’une désolante naïveté est plus de nature à faire fuir qu’à attirer : Marion Lemesre s’est bien moquée des commerçants lorsqu’elle leur a promis de tout mettre en œuvre pour ramener les clients dans le centre-ville de Bruxelles…

Le plus incroyable est que les commerçants du centre de Bruxelles ont mis fort longtemps à s’en rendre compte, et que même aujourd’hui ils ne mesurent pas l’ampleur de l’escroquerie morale commise par Yvan Mayeur et sa bande.

Le bus 46 de la STIB : encore un de ces mastodontes articulés (il est trop gros pour figurer en entier sur la photo) qui peine à cheminer dans les ruelles bordant la place Fontainas. Comme on peut le constater, ce bus vide traverse un quartier mort...
Le bus 46 de la STIB : encore un de ces mastodontes articulés (il est trop gros pour figurer en entier sur la photo) qui peine à cheminer dans les ruelles bordant la place Fontainas : cherchez l’erreur !

Tout cela a déjà été dit et répété sur le présent site, depuis septembre 2015, voir par exemple cet article.

Le même jeu continue entre la Ville et la Région : chacun se renvoie en apparence la balle, ce qui permet de dire au citoyen : « C’est pas moi, c’est lui ! ».

Rudy Vervoort (PS)
Le ministre-président de la Région bruxelloise Rudy Vervoort (PS), personnage falot, permet à Yvan Mayeur (PS) de se dédouaner… tout en se dédouanant lui-même…

Mais, que les commerçants du centre-ville de Bruxelles aient pu se laisser berner par Yvan Mayeur à un point aussi extraordinaire constitue un sujet d’étonnement grandissant pour bon nombre d’observateurs de la vie politique à Bruxelles…

  1. Parmi les autres enseignes prestigieuses situées sur Regent Street : Apple Store, Liberty, Superdry, Café Royal
  2. Une « zone de chalandise » en termes techniques
  3. La Ville de Bruxelles est le plus grand bailleur, via sa Régie foncière

Brucity ou la folie des grandeurs quand crèvent les commerces bruxellois

(Belga) Le conseil communal de la Ville de Bruxelles a donné lundi en fin de journée, son feu vert à l’attribution du marché d’aménagement d’un nouveau centre administratif sur le site de l’actuel parking 58 à AG Real Estate, proposée par le collège des bourgmestre et échevins socialiste-libéral.

Le palais de Brucity, une petite folie à 150 millions d'euros...
Le palais de Brucity, une petite folie à 150 millions d’euros…

L’opposition cdH, Ecolo, FDF et N-VA s’est abstenue, faute d’avoir eu, selon elle, d’explications suffisantes sur le montage financier de l’opération. La construction du futur centre, baptisé Brucity, en référence au nom du site web de la Ville de Bruxelles, devrait démarrer au début de l’an prochain, par une phase de désamiantage (avril) et de démolition et s’achever d’ici la fin 2020. Le déménagement des 1.500 fonctionnaires concernés interviendra en 2021. Du parking 58, le futur édifice de 37.500 m2 hors sol conservera les niveaux de parking public en sous-sol (450 places) et 109 places pour la Ville. L’immeuble de type basse énergie sera entièrement vitré et érigé sur les axes suivants: une salle des guichets au rez-de-chaussée, six étages de bureaux assortis de salles de réunion, un étage technique, et au huitième, des salles de réunion et un restaurant (actuellement au sous-sol dans le centre administratif); une entrée située dans l’axe de la rue Grétry qui permettra aux passants de traverser le bâtiment sans devoir le contourner; un cylindre de verre dressé à l’emplacement de l’ancienne rue des Halles; et une toiture aménagée en jardin urbain, accessible au public et aux agents communaux. La construction et la mise à disposition du futur « Brucity » seront réalisées via une opération de leasing d’une durée de 30 ans assortie d’une option d’achat.

Et pendant que Mayeur Ier se paie un palais...
Et pendant que Yvan Ier se paie un palais à 150 millions, les commerces du centre-ville de Bruxelles crèvent les uns après les autres, asphyxiés par son « piétonnier géant » (photo du 3 mai 2016, rue du Midi, près du futur palais de Yvan Mayeur…)
Incapables
Intouchables ? Nous verrons bien ! Mais incapables de gérer adéquatement Bruxelles, certainement…

Yvan Mayeur contre-attaque…

Une affichette anti-Mayeur accompagnée d'insultes
Une affichette anti-Mayeur accompagnée d’insultes (« putain », « con! »)

Certains ont cru que la démocratie permettait tout, y compris coller des affichettes sur la vitrine d’un commerce pour insulter un mandataire public.

Cette légèreté risque malheureusement de leur coûter très cher !

Le Collège a en effet officiellement autorisé le bourgmestre de la Ville de Bruxelles à porter plainte contre les affichettes de ces commerçants, ce qui signifie que tous les frais relatifs à cette plainte seront pris en charge par la Ville.

Cela signifie également que la police pourra rédiger des procès-verbaux qui seront transmis au parquet ; il est aussi probable que les affichettes litigieuses seront arrachées.

Il n’est pas clair à l’heure actuelle si la plainte pénale fera l’objet d’une constitution de partie civile de la part de Yvan Mayeur (ou de la Ville de Bruxelles ?).

En attendant, une chose est certaine : ce logo particulièrement injurieux aurait mieux fait de rester cantonné à l’espace virtuel, car il y bénéficiait d’une certaine immunité.

On ne saurait en revanche invoquer la liberté d’expression lorsque le logo dénigrant est placardé sur la vitrine d’un commerce, car celle-ci ne constitue en rien un lieu destiné à l’expression…

Le pire bourgmestre depuis la création de la Belgique en 1830 !
« Tyran » ou « despote » aux yeux de l’opinion publique bruxelloise, Yvan Mayeur espère manifestement rebondir en se positionnant en victime : pour lui, l’anneau « stop » se mue en véritable bouée de sauvetage !

Dentist in Belgium (Publicité)

Dentist in Belgium est le premier site d’échanges entres dentistes européens à propos de postes de travail et de matériel dentaire en Belgique.

De plus en plus de dentistes des pays de l’Est ou du Sud viennent s’installer en Belgique ; leur première occupation a le plus souvent lieu au sein d’un cabinet social.

Le site comporte deux grandes sections : NEWS et ADVERTISEMENTS ; il est aussi riche en liens utiles (INAMI, lois et arrêtés, etc.).

Les langues utilisées sont indifféremment : l’anglais, le français et le néerlandais.

Dentist in Belgium est membre du GIESS.

Dentist in Belgium
Dentist in Belgium

Site web : Dentist in Belgium

Logo du GIESS
Logo du GIESS

Exigez la démission de Yvan Mayeur et sa bande (Smet, Courtois, Ampe et Lemesre) !

Yvan Mayeur et Laurette Onkelinx inaugurant le piétonnier de Bruxelles en juin 2015
Yvan Mayeur et Laurette Onkelinx inaugurant le « piétonnier géant » de Bruxelles en juin 2015

En juin 2015 — voici dix mois —, l’orgueilleux PS avec Yvan Mayeur et Laurette Onkelinx à sa tête paradait triomphalement dans les rues de Bruxelles, suivi de la statue mobile de Liédo, un géant en osier de 8 mètres de haut…

Le temps de l'euphorie et des bains de foule...
Le temps de l’euphorie et des bains de foule… on reconnait le Judas MR Marion Lemesre et l’incompétente Els Ampe au côté de Yvan Mayeur

On voit aujourd’hui le résultat de la catastrophique gestion de la bande à Yvan Mayeur : notre belle ville de Bruxelles est devenue la honte de l’Europe en termes de saleté, criminalité, embouteillages, fermetures d’entreprises, chômage, etc.

Le pire bourgmestre depuis la création de la Belgique en 1830 !
Le pire bourgmestre depuis la création de la Belgique en 1830 !

Vous aussi exigez la démission de Yvan Mayeur et sa bande !

La bande des Cinq...
La bande des Cinq…

Ils ont causé une catastrophe sans nom : qui sont les membres de la bande à Mayeur ?

Il y a parmi eux plusieurs plusieurs incompétents graves : Pascal Smet (ministre régional de la Mobilité), Alain Courtois (Premier échevin) et Els Ampe (échevine de la Mobilité).

Enfin, il y a la triste « fille de commerçants », elle-même échevine du Commerce : le véritable Judas MR Marion Lemesre : cette femme a trahi ceux-là mêmes qu’elle était censée aider et protéger !

Quant à Laurette Onkelinx, cela fait belle lurette qu’elle s’est fait éjecter du gouvernement fédéral, en 2014…

Logo du GIESS
Logo du GIESS

L’agenda caché de Yvan Mayeur : décodage

Beaucoup d’observateurs de la vie politique à Bruxelles se demandent quelle est au juste la stratégie suivie par Yvan Mayeur en matière de piétonnier : où va-t-on réellement et surtout à quelle allure ?

Yvan Mayeur a interdit la collecte des immondices avant 10 heures du matin
En septembre 2015, Yvan Mayeur a interdit la collecte des immondices avant 10 heures du matin : pourquoi ? Poser la question, c’est y répondre…

La stratégie de Yvan Mayeur est simple : gagner du temps, faire le gros dos, ne pas réagir aux attaques, éviter les retombées presse négatives, tromper son monde par des slogans ou des statistiques prétendument « écolo » sur l’air pur ou le « piéton-roi »…

Pendant ce temps, il laisse lentement mais délibérément pourrir la situation, par exemple en ne collectant plus les immondices, ce qui paraissait en septembre 2015 incompréhensible, ou en laissant le Métropole agoniser des mois durant.

Car Yvan Mayeur sait pertinemment que les commerces bruxellois vont souffrir et même disparaître : c’est tellement évident, puisque les gros travaux du piétonnier n’ont même pas encore commencé et dureront un à deux ans !

Durant cette période — qui se situe donc dans le futur —, même les livraisons deviendront impossibles et les prix de l’immobilier s’effondreront complètement.

Les travaux de Sibelga : un petit avant-goût de ce qui attend les commerçants en 2016-18
Les travaux de Sibelga : un petit avant-goût de ce qui attend les commerçants du centre de Bruxelles en 2016-18

Les « tentatives » pour faire revenir les clients dans le centre-ville sont toujours réalisées avec retard et d’un manière tellement discrète ou naïve qu’elles ne peuvent avoir d’effet réel sur la situation des commerçants.

Cet énorme bus articulé, se rendant soi-disant à la Grand-Place, surgit d'une petite rue étroite...
Cet immense bus articulé, se rendant soi-disant à la Grand-Place, surgit d’une petite rue étroite et se dirige vers le Midi : est-ce bien normal ?

La mauvaise desserte — disons même la desserte aberrante — du centre-ville de Bruxelles par la STIB s’explique de la même manière.

Il est de notoriété publique que les commerçants propriétaires de leurs locaux sont d’ores et déjà « sondés » téléphoniquement1 quant à leur intention de vendre leur bien : cela permet de constituer un intéressant cadastre privé.

Voilà donc pourquoi Yvan Mayeur ne réagit pas ou très peu aux critiques voire aux insultes dont il est l’objet : il a un « agenda caché » et ne peut sous aucun prétexte le bousculer.

Mais, mais… des événements imprévus ont eu lieu qui ont perturbé cette belle stratégie et exacerbé prématurément le mécontentement des commerçants du centre de Bruxelles.

Ces événements sont le lockdown de novembre 2015, puis l’affaire des tunnels en janvier 2016 et surtout les attentats de mars2.

La vaste cuvette destinée à recevoir les grandes enseignes ressemble actuellement au moyen-Age
Actuellement, la vaste cuvette destinée à recevoir les grandes enseignes évoque plus le Moyen-Age qu’une cité moderne : il n’y manque que les animaux de trait et les charrettes à bras

Les pertes de chiffres d’affaires subies actuellement ne sont donc rien comparé à ce qui attend les commerçants et surtout les restaurateurs, puisque bientôt même un piéton aura du mal à évoluer sur le piétonnier.

Le palais de Brucity, une petite folie à 150 millions d'euros...
Le palais de Brucity, une petite folie à 150 millions d’euros érigée sur les décombres de l’ancien Bruxelles

Après, surgira un environnement commercial tout à fait différent de l’ancien3 et Yvan Mayeur pourra — tel Néron — s’installer dans son palais de Brucity à 150 millions d’euros érigé sur les décombres du parking 58 : tout un symbole !

Ce nouvel environnement commercial sera essentiellement composé des mêmes enseignes de luxe qu’au centre de Londres, Paris ou Berlin, et les touristes chinois — qui ne sont de toute façon pas motorisés — pourront faire leur « fun shopping » dans la vaste cuvette piétonnière située en contrebas de la Grand-Place, la déclivité du terrain les y entraînant naturellement.

Que, dans ce contexte, le Cécila soit là ou non n’a plus aucune espèce d’importance, puis de toute manière les grandes enseignes comporteront des entreprises de restauration : le Cécila sera tout simplement remplacé par un autre restaurant, plus luxueux mais moins gastronomique.

En revanche, le Comme chez Soi est un symbole important de Bruxelles, et on notera que Yvan Mayeur a soigneusement évité d’y toucher, puisque celui-ci n’est pas englobé dans le piétonnier !

La bande des Cinq...
La bande des Cinq… quatre incompétents : Mayeur (PS), Smet (SPA), Courtois (MR), Ampe (Open VLD) et un véritable Judas : Lemesre (MR)

Pourquoi le MR a-t-il exigé que soient creusés quatre nouveaux parkings souterrains dès lors que cette vaste cuvette piétonnière est conçue essentiellement pour des touristes chinois, américains, etc. dépourvus de moyens de locomotion propres ?

Tout simplement parce que le MR ne veut pas exclure de cette soi-disant nouvelle Barcelone les clients belges : ces parkings ne sont donc pas destinés à favoriser les futures grandes enseignes — qui ne votent de toute façon pas —, et encore moins les anciennes qui auront disparu, mais bien les clients bruxellois de souche qui sont beaucoup plus nombreux !

Vous avez dit : Marion Lemesre, l’amie des commerçants bruxellois4 ?

Comme on le voit, l’agenda caché de Yvan Mayeur se lit presque comme un livre ouvert tant ses intentions sont évidentes… et cela donne froid dans le dos.

  1.  Les appels proviennent souvent de l’étranger, notamment de Suisse, ce qui est d’ailleurs confirmé par le journal des visites du présent site.
  2. Si ces malheureux événements ont accéléré le désarroi des commerçants, ils fournissent en revanche à Yvan Mayeur un prétexte dont il ne se fait pas faute de se servir pour disculper son « piétonnier géant ».
  3. Interview de Boris Dilliès (LLB du 21 avril 2016) : … on me dit que de grands groupes immobiliers investiraient aux abords, mais ce n’est pas en soi une mauvaise chose. Cela démontre au contraire qu’ils croient au potentiel du centre-ville et du piétonnier à très long-terme. Mais évidemment, cela ne règle aucunement le problème de celui qui doit payer ses charges aujourd’hui dans un tel contexte économique.
  4.  Dès août 2015, nous avions alerté la majorité sur les inquiétudes des commerçants mais ils nous ont jeté notre enquête à la figure. Ensuite, une enquête de l’agence régionale du Commerce (N.D.L.R. Atrium) a dressé les mêmes constats… mais rien n’a changé. Nous nous sommes demandé si c’était de l’aveuglement, de l’incompétence… ou autre chose ! Cet autre chose, c’est ce que j’ai appelé en Conseil communal « la stratégie du pourrissement ». Ils laissent pourrir tous les commerces le long du piétonnier. Le Collège voudrait que les vendeurs, de pittas notamment, disparaissent dans le futur. Vu que le prix de l’immobilier commercial baisse à cause du piétonnier, cela va donner de l’appétit à de grands promoteurs immobiliers qui vont venir avec de grands enseignes commerciales. C’est hyper cynique, on ne laisse pas crever des gens avec des employés sans leur tendre la main. Mais même cette stratégie ne marche pas ! Les attentats, le lockdown, les tunnels fermés font que plus personne ne va pas dans le centre. Résultat : même les grands compagnies immobilières ne sont pas prêtes à investir tant qu’elles n’ont pas de garanties sur le futur. Or, la ville ne donne pas de garantie ! Aucune mesure n’est prise ! (Hamza Fassi-Fihri, LLB du 21 avril 2016)