La faillite du « piétonnier géant » résumée en une photo…

Tout un symbole
Tout un symbole : les PMR physiquement exclues du centre-ville de Bruxelles

Cette photographie résume à elle seule la faillite du « piétonnier géant » de Yvan Mayeur (PS), que celui-ci voulait « le plus grand d’Europe ».

Après 15 mois de « piétonnier géant », il y a en définitive davantage de véhicules automobiles que de piétons sur le piétonnier1 et, surtout, les PMR2 sont physiquement exclues du centre-ville de Bruxelles au moyen de « bites » rendant inaccessibles les emplacements qui leur sont pourtant réservés.

"C'est un malade qui a bloqué l'axe principal nord-sud de mon Bruxelles" s'indigne cet internaute
« C’est un malade qui a bloqué l’axe principal nord-sud de mon Bruxelles » s’indigne cet internaute
"Il paraît qu'il a très mauvais caractère" répond un autre forero
« Il paraît qu’il a très mauvais caractère »

Avec Yvan Mayeur, personne ne gagne, tout le monde perd : le trafic automobile est complètement perturbé, les piétons longent les murs, les habitants s’enfuient en raison du bruit et de la pollution, les clients désertent, les commerces ferment et les PMR sont exclues…

On se croirait dans un village...
On se croirait dans un village et non dans la capitale de l’Europe : les choses vont tellement mal au centre-ville de Bruxelles, que le bourgmestre n’a plus qu’une superette à inaugurer ! Comme on est loin des Galeries Lafayette promises en 2015 ! On notera au passage que les publicités sont rédigées en mandarin (en chinois) et en anglais ; problème : il n’y a plus de touristes — ni chinois, ni américains — à Bruxelles : c’est trop sale et trop dangereux

La situation économique du centre-ville de Bruxelles est devenue à ce point catastrophique que Yvan Mayeur en est réduit à présenter comme un succès époustouflant l’ouverture d’une superette ou d’un resto de hamburgers.

Bravo M. Mayeur !

  1. Nous ne parlons donc pas de l’horrible « mini-ring », mais bien du piétonnier proprement dit !
  2. Personnes à mobilité réduite

« Ceci est un piétonnier » (suite)

Photo 1
Photo 1
Photo 1
Photo 2
Photo 2
Photo 3 — « Place au piéton » dit le panneau…
Photo 3
Photo 4
Photo 4
Photo 5
Photo 5
Photo 6 — Dur, dur…
Photo 6
Photo 7
Photo 7
Photo 8
Photo 8
Photo 9 — Ce piéton parvient à se faufiler entre deux camionnettes et un bus
Photo 9
Photo 10
Photo 10
Photo 11
Photo 11
Photo 12
Photo 11
Photo 13
Photo 14
Photo 14
Photo 15
Photo 15
Photo 16
Photo 16
Photo 17
Photo 17 — Un accident de la circulation sur le piétonnier…

Yvan Mayeur (PS) est un menteur : confirmation officielle !

Lu sur la DH.be du 29 septembre 2016 :

Les mandats d’administrateur de Yvn Mayeur chez Hydralis et à la SAVENA n’ont jamais été déclarés à la Cour des comptes.

Sur Cumuleo, le site web qui recense les mandats de nos hommes et femmes politiques, on peut lire sur la fiche dédiée à Yvan Mayeur (PS) que celui-ci détient une dizaine de mandats en 2015. Outre son emploi de bourgmestre à la Ville de Bruxelles, il est également président du conseil d’administration de Vivaqua, président de l’ASBL Samusocial ou encore administrateur de l’École Régionale et Intercommunale de Police (ERIP).

Mayeur-le-menteur...
Mayeur le Menteur (PS) : on notera au passage la canitie accélérée qui le frappe (sans doute le remords), ainsi que le débraillé de sa tenue… et dire que ce personnage est maire de la capitale de l’Europe !

Mais deux mandats du socialiste n’apparaissent pas dans cette liste. Or, l’article 2 de la loi spéciale du 2 mai 1995 précise que les personnes exerçant un mandat de bourgmestre sont tenues de déclarer tous leurs mandats, fonctions dirigeantes ou professions, quelle qu’en soit la nature, qu’elles aient été exercées au cours de l’année citée en premier lieu, tant dans le secteur public que pour le compte de toute personne physique ou morale, de tout organisme ou association de fait, établi en Belgique ou à l’étranger. Dans cette déclaration, qui est certifiée sur l’honneur exacte et sincère, le mandataire doit préciser pour chaque mandat, fonction ou profession, s’il est rémunéré ou non.

En tant que président de Vivaqua, Yvan Mayeur siège de facto dans des filiales de l’intercommunale bruxelloise de production et de distribution d’eau. Il est ainsi administrateur d’Hydralis, le fonds de pension de Vivaqua, et de la SAVENA (Société Anonyme des Mines de Pyrites de Vedrin). Même si son chiffre d’affaires est loin d’être mirobolant, cette seconde filiale – qui rassemble plusieurs dirigeants de Vivaqua dont la directrice générale Christiane Franck – a contribué à la mise en œuvre de décisions stratégiques parmi lesquelles la création de Vivaqua Consult dont elle est actionnaire.

"Plus il a de l'argent, plus il en veut. Son comportement est honteux."
« Plus il a de l’argent, plus il en veut. Son comportement est honteux. »

Alors que la plupart des administrateurs ont déclaré leurs mandats rémunérés d’administrateurs d’Hydralis et de la SAVENA, ce n’est pas le cas du bourgmestre bruxellois.

« Nous avons vérifié, il s’agit d’une erreur administrative. Un correctif est envoyé à la Cour des comptes », a commenté son cabinet.

« Ceci est un piétonnier »

Photo 1
Photo 1
Photo 2
Photo 2
Photo 3
Photo 3
Photo 4
Photo 4
Photo 5
Photo 5
Photo 6
Photo 6
Photo 7
Photo 7
Photo 8
Photo 8
Photo 9bis
Photo 9 — Cet énorme panneau publicitaire LED de la firme Clear Channel montre comment Yvan Mayeur compte abrutir le « peuple » via des procédés techniques diffusant sa propagande
Photo 10
Photo 10
Photo 11
Photo 11

Yvan Mayeur vous exproprie sans verser un euro !

Dans le cadre de la gentrification du centre de Bruxelles voulue par Yvan Mayeur, les commerces « indésirables » du centre-ville doivent disparaître.

Quelques nouveaux exemples récents :

Nul ne s'étonnera que ce commerce ait dû fermer...
Nul ne s’étonnera que cette poissonnerie de la place Fontainas, reconvertie en librairie pour adultes, ait dû fermer ses portes…
La disparition des commerces du centre-ville
Ce malheureux commerçant de la rue du Midi a baissé son volet…
L'étalage est vide...
L’étalage est vide, l’adresse de son site web a même été effacée ; sur la vitre, on lit, pathétique, le message prémonitoire : « CE PIETONNIER = MORT DU COMMERCE ! »
 Pourtant pavoisée aux couleurs de la Ville de Bruxelles, la roulotte de Jef — vendeur de caricoles — doit déguerpir pour le 31 décembre 2016 : selon Marion Lemesre, elle fait de l'ombre au snack situé derrière !
Pourtant pavoisée aux couleurs de la Ville de Bruxelles, la roulotte de Jef — célèbre vendeur de caricoles — doit déguerpir de la place de la Bourse pour le 31 décembre 2016 : selon Marion Lemesre (MR), elle ferait de l’ombre au snack situé à l’arrière !
Mais les toilettes peuvent rester !
Mais ces horribles toilettes publiques peuvent quant à elles demeurer (l’arrière de la roulotte de Jef est visible à droite) : une fois de plus, Marion Lemesre (MR) a tout simplement menti (les caricoles ne font pas assez « île Saint-Louis »)
La meilleure preuve du mensonge de Marion Lemesre réside dans cette photo
La meilleure preuve du mensonge de Marion Lemesre (MR) réside dans cette photo montrant la terrasse du snack, les toilettes publiques et l’arrière de la roulotte de Jef
La terrasse du Métropole reste désespérément vide...
Place de Brouckère, la terrasse du Métropole reste désespérément vide…
... mais ce n'est guère étonnant au vu de ce que l'Armée belge a disposé juste devant...
… mais ce n’est guère étonnant au vu de ce que l’armée belge a déployé juste devant le Métropole : il est vrai qu’en 2015 l’hôtel a fait un procès à la Ville de Bruxelles !
Et juste à côté, un véritable fleuve de voitures traverse le piétonnier — ou plutôt ce qui devrait être piétonnier
Et juste à côté du Métropole, un véritable fleuve de voitures traverse rageusement ce qui devait être un piétonnier, en chassant un piéton qui s’enfuit, apeuré

Réponse aux questions d’Hassan

QUESTIONS :

Chers Amis (si si!) en y réfléchissant, je me suis demandé mais à quoi correspond la mise en place du piétonnier ?

Et si en fait il s’agissait de faire baisser la valeur des biens immobiliers dans la zone afin d’acquérir les biens qui seraient à vendre.

La régie foncière vient d’acquérir 3 immeubles pour 9 millions d’euros….

N’est-il pas insensé que le cœur historique de Bruxelles ne soit pas fléché, à moins qu’on ne veuille le couler, comment comprendre la lenteur extrême avec laquelle une simple signalisation pour un centre digne de ce nom prenne autant de temps à être placée.

Et si, l’on avait volontairement placé le Bourgmestre le plus obtus et caractériel de l’univers connu, afin de mettre en place une politique brutale d’imposition de ce piétonnier rempli de mendiants et de clochards et dont la population qui l’habite est « défavorisée » dixit certains échevins.

Comment imaginer que des gens « intelligents » n’ont pris en compte dans l’étude d’incidence préalable à la mise en place du piétonnier que l’horeca (sic).

Comment imaginer couper un axe routier aussi important que le boulevard Anspach en mettant la Région devant le fait accompli sans avoir au préalable préparé et dirigé intelligemment le trafic reporté ?

Comment imaginer la création d’une zone vaste mais dont on déplace et éloigne les terminus des bus jusqu’à 1 kilomètre avec aucun transport qui traverse le piétonnier et aucune prise en compte des personnes à mobilité réduite et des personnes âgées ?

Comment imaginer alors que l’on posait la question à Yvan Mayeur du risque de faillite, qu’il réponde que si des commerces font faillite, d’autres les remplaceront.

De quel droit une personne peut-elle ainsi condamner des gens, des artisans, des hôteliers, des petits commerçants qui ont travaillé tant d’années dans l’amour de leur métier et de leur ville ?

Comment imaginer, quand Pascal Smet ferme le tunnel Stéphanie et alors qu’il n’y a pas de voies de pénétration vers le centre, ne pas ouvrir le piétonnier de manière temporaire, même quand les stations de métro de l’axe nord-sud sont fermées après les attentats du 22 mars.

Ce cynisme, ce mépris sont choquants et malgré tout ce qui précède, cet homme déconnecté de la réalité, insensible au drame que vivent les gens continue de croire en ce projet.

Comment imaginer qu’après avoir rencontré Didier Reynders et Rudy Vervoord et avoir accepté une réduction du périmètre du piétonnier, avoir déclaré lors de la conférence de presse présentant les travaux que le périmètre ne changerait pas.

Enfin le centre commercial DOCKX va ouvrir ses portes en octobre avec des marques exclusives et inédites en belgique, or les études démontrent que les gens cherchent la facilité et le confort et donc ne viendront plus dans le centre ville trop compliqué à atteindre. On parle d’un transfert de 700 emplois de la rue Neuve vers Dockx…

A la lueur des éléments ainsi exposés je vous pose la question : quel est le projet réel derrière cette mise à mort du centre ?

Je voudrais me coucher, dormir et oublier cette année de souffrance et de lutte, mais si je suis un citoyen digne, fier et profondément démocrate, alors je dois me dresser devant l’ineptie, l’arbitraire, l’incompétence et l’amateurisme pour clamer que ma vie m’appartient et que ce simulacre de démocratie que l’on vit à Bruxelles doit être combattu par tout les moyens possibles…

On croirait lire le crédo d’un socialiste des débuts, amusant non?

Hassan

REPONSE :

Dans sa conception actuelle, le « piétonnier géant » n’est pas (ou plus) un projet à finalité essentiellement commerciale, mais une entreprise destinée à assurer la gentrification de l’hypercentre de Bruxelles via la création de logements autour d’une zone dépourvue de circulation automobile (technique éprouvée pour gentrifier rapidement un centre-ville…).

Il s’agit donc un projet gravitant autour du logement (attirer des résidents aisés, payant des impôts) et non autour du commerce1

La meilleure preuve en est que les seuls « commerces » que des initiés créent autour du piétonnier sont destinés à des résidents locaux (Carrefour, Ethias).

Yvan Mayeur a "oublié" que ce qui fait le charme d'une ville
A part le Mac Do à gauche et quelques cafés épars, voit-on un seul commerce dans le futur centre-ville de Bruxelles tel qu’imaginé par Yvan Mayeur ?
Voit-on un seul immigré, a fortiori musulman, dans la vision idéalisée de Bruxelles que Yvan Mayeur nous propose ?
Voit-on un seul immigré, a fortiori musulman, dans la vision idéalisée du centre de Bruxelles que Yvan Mayeur nous propose ?
A nouveau, la version idéalisée...
A nouveau, sur le boulevard Anspach cette fois, la version idéalisée de Yvan Mayeur, épurée, vidée de ses habitants actuels — surtout les musulmans —, remplacés par des bons Belges « BBB » rassurants, essentiellement des femmes et des enfants

Il suffit d’ailleurs pour s’en convaincre d’analyser les images « idéalisées » présentées par Yvan Mayeur, desquelles ont disparu tous les musulmans et autres étrangers indésirables.

C’est aussi la raison pour laquelle le « piétonnier géant » s’étend jusqu’à la place Fontainas (pourtant dépourvue d’intérêt touristique) : il faut une zone résidentielle suffisamment vaste…

Evidemment, Yvan Mayeur ne peut pas dire tout cela ouvertement, car cela ferait très mauvais genre, surtout pour un non-élu PS !

Utopia rue du Midi, le magasin de Hassan, ne correspond sans doute pas à la "vision" de Yvan Mayeur
Utopia rue du Midi, le magasin de Hassan, ne correspond pas précisément à la « vision » qu’a Yvan Mayeur du nouveau centre-ville de Bruxelles, calqué — à part la Seine — sur l’île Saint-Louis de Paris ! Une épicerie ou une crèmerie à l’ancienne donneraient sans doute mieux…
En dépit des apparences, cette "coutellerie" soi-disant fondée en 175 0 résistera sans doute mieux
En dépit des apparences, cette « coutellerie » soi-disant fondée en 1750 (passage du Nord) résistera sans doute mieux au choc de Yvan Mayeur que le magasin d’Hassan : elle a plus le look « île Saint-Louis »
 Pourtant pavoisée aux couleurs de la Ville de Bruxelles, la roulotte de Jef — vendeur de caricoles — doit déguerpir pour le 31 décembre 2016 : selon Marion Lemesre, elle fait de l'ombre au snack situé derrière !
Pourtant pavoisée aux couleurs de la Ville de Bruxelles, la roulotte de Jef — célèbre vendeur de caricoles — doit déguerpir de la place de la Bourse pour le 31 décembre 2016 : selon l’âme damnée de Yvan Mayeur, Marion Lemesre (MR), elle ferait de l’ombre au snack situé à l’arrière !
Mais les toilettes peuvent rester !
Mais ces horribles toilettes publiques peuvent quant à elles demeurer (l’arrière de la roulotte de Jef est visible à droite) : une fois de plus, Marion Lemesre (MR) a tout simplement menti (les caricoles ne font pas assez « île Saint-Louis »)
La meilleure preuve du mensonge de Marion Lemesre réside dans cette photo
La meilleure preuve du mensonge de Marion Lemesre (MR) réside dans cette photo montrant la terrasse du snack, les toilettes publiques et l’arrière de la roulotte de Jef

En réalité, Yvan Mayeur n’a jamais clairement dit quel était son but, tant celui-ci est politiquement inavouable et revient à déporter des milliers d’habitants (indésirables) et de commerçants en créant délibérément une zone centrale insalubre !

Tout le reste n’est qu’enfumage et mystification…

Le nouveau centre commercial de Yvan Mayeur s’appelle NEO, cher Hassan.

Voir article de fond : Le Grand Secret

  1. Pour cela, il y a City2 juste à côté

Yvan Mayeur est en train de couler le PS

Dans tout parti politique, il y a toujours un incompétent, un gaffeur, un profiteur qui, tôt ou tard, se fait éliminer ou rentre dans le rang.

Mais pas au PS…

L’affaire Yvan Mayeur commence à prendre des proportions homériques : incompétent, tyrannique, saccageur de Bruxelles, menteur, profiteur, cumulard notoire (il est notamment président de Vivaqua… où il ne semble guère faire acte de présence), l’auteur du « piétonnier géant » suscite une haine vraiment peu commune.

Quelques exemples trouvés sur les réseaux sociaux :

Cette dame "ne peut plus sentir" Yvan Mayeur
Cette dame « ne peut plus voir » Yvan Mayeur et le commentaire suivant (Jeanine Praet) le compare au lâche capitaine du Costa Concordia !
"Mais qui voudra encore voter pour cet homme menteur, profiteur, manipulateur..."
« Mais qui voudra encore voter pour cet homme menteur, profiteur, manipulateur… » s’exclame cette internaute (Chipie)
Yvan Mayeur est publiquement traité de "connard" et un internaute menace de lui "faire la peau"
Un internaute (Max Blues) traite publiquement Yvan Mayeur de « connard » et menace de lui « faire la peau » (sic)
L'impopularité de Yvan Mayeur risque de coûter cher au PS
Aux prochaines élections, l’impopularité de Yvan Mayeur risque de coûter très cher au PS et à ses affidés !

Son impopularité rejaillit bien évidemment sur son parti, le PS, en chute libre dans les sondages.

Le PS
A Bruxelles, le PS passe de 24,9% en 2014 à 15,5% dans ce sondage réalisé fin septembre 2016 : grâce au transfert des intentions de vote du PS vers le PTB, ce dernier est devenu le troisième parti !

Cependant, d’après les bruits qui nous parviennent, ledit PS ne saurait pas comment se débarrasser du boulet Yvan Mayeur !

Quand donc le PS retrouvera-t-il
Quand donc le PS retrouvera-t-il la raison et saura-t-il se débarrasser de l’incompétent Yvan Mayeur, naufrageur de Bruxelles et cumulard à raison de plus de 130.000 euros par an ?

Yvan Mayeur — qui n’a jamais fait d’études universitaires (il est assistant social) — est un super-cumulard : Cumuleo annonce le chiffre de 10.788 euros par mois, soit 129.456 euros par an, auxquels il faut encore ajouter ses deux mandats chez Vivaqua et au SAMU.

L’hôtel Métropole est à vendre

Le courtier immobilier, Cushman & Wakefield, a été mandaté pour trouver un acquéreur pour 50% de la SA Hôtel Métropole, affirme L’Écho ce vendredi. L’une des deux branches de la famille fondatrice désire en effet vendre ses parts.

Par ailleurs, la société ne possède pas que l’hôtel, mais bien un ensemble immobilier de 5.800 m², de la place de Brouckère au Passage du Nord et à la rue Neuve.

L'hôtel Métropole en septembre 2016
L’hôtel Métropole en septembre 2016 : un anachronisme qui pourra durer

Le piétonnier, le lockdown de novembre 2015 et les attentats du mois de mars ont fortement pesé sur le chiffre d’affaires de l’hôtel. Si l’année 2015 a été désastreuse, « 2016 va un peu mieux, mais nous n’arriverons pas à récupérer ce que nous avons perdu l’an passé », explique Charles-Henri Bervoets, administrateur de la SA Hôtel Métropole, dans L’Écho.

L’hôtel, fondé en 1895, est détenu à parts égales par les familles Bervoets et les Wielemans. Il semblerait que ce soient les descendants de la seconde qui désirent vendre.