Est-ce encore un gag ?

Photo prise le 29 mai 2017 sur le terre-plein central

Ce lundi 29 mai 2017, après les affiches de Mme Goedele Desmet, des petites mains ont apposé sur les pare-brises des centaines d’avis émanant de « BXL ».

Ces avis ont été apposés sur les véhicules stationnés sur la « berme centrale » (lisez : le terre-plein central) ainsi que le long du boulevard du Midi.

Mme Desmet doit posséder de sérieux contacts chez Pascal Smet ou à la Ville de « BXL », puisque sa campagne d’affichage pro-parc linéaire n’a précédé l’apposition de ces avis que de quelques heures à peine…

On voit le terre-plein central, l’horodateur entouré de ses quatre bornes, les avis apposés sur les pare-brises des véhicules stationnés, les affiches de Mme Desmet… mais il n’existe aucun panneau de signalisation ad hoc (photo du 30 mai 2017) !

Le plus curieux est qu’aucun panneau de signalisation ad hoc n’a encore été installé qui rende l’utilisation des horodateurs obligatoire !

Cela étant, trois jours pour se procurer le précieux sésame, à savoir la carte de riverain — ou de stationnement pour les travailleurs —, cela semble assez court…

A noter que la joie des titulaires desdites cartes sera de courte durée : la Foire du Midi arrive début juillet et le terre-plein central devra être évacué !

Avis en français — On notera qu’aucun responsable politique (Mayeur, Lemesre, Ampe…) n’a osé signer cette missive particulièrement inquiétante et répressive : c’est un certain Lebegge qui s’identifie en tout petits caractères comme étant son éditeur responsable, formalité voulue par la loi
Avis en néerlandais (au verso, mais disposé tête-bêche)

Floraison de pages Facebook « antipiétonnier »

Facebook s’est montré à la hauteur de sa réputation de « moteur de la haine », et si le « piétonnier géant » de Bruxelles a été l’objet, la cible de cette détestation, Yvan Mayeur en personne en a été le catalyseur.

Yvan Mayeur en majesté… il ne manque plus que la perruque poudrée, l’hermine, le sceptre et le globe : est-il concevable qu’un homme politique — a fortiori non élu — se pavane publiquement dans un tel appareil, dans une démocratie, en 2017 ?

Pourquoi ? Parce que Yvan Mayeur représente l’archétype du dictateur en cette époque d’hommes forts — les Trump, Poutine, Xi Jinping, etc. —, sauf qu’il n’en a pas la carrure.

En effet, Yvan Mayeur ne possède ni avions ni chars d’assaut, et il n’a même pas été élu, contrairement à ses illustres modèles.

Alors, il prête le flanc à toutes les critiques, fondées ou non… ainsi qu’au ridicule.

« Sauvons la Bourse »
« Non au mini-ring » de la très bilingue Valérie Berckmans
« Oui et oui au piétonnier bruxellois » s’intitulait initialement la page Facebook de Meir Eddy Dwek : il a depuis changé d’avis… et de titre !

Parc ou parking ?

Mme Goedele Desmet, qui est ingénieur civil architecte, et ses amis ont encore frappé : le terre-plein central est parsemé d’affiches réclamant — dans les deux langues nationales — l’arrêt du parking (même payant) et l’avènement d’un parc linéaire.

Voir à cet égard notre article du 16 mars 2017 et notre article du 11 mai 2017

Il est clair que Yvan Mayeur montre une fois de plus son incompétence crasse en installant des horodateurs qui ne servent strictement à rien et en laissant ce lieu — situé à quelques centaines de mètres de la Grand-Place — dépérir.

La meilleure solution aurait été de transformer le terre-plein central en parc linéaire ; la moins mauvaise aurait consisté à y créer un espace de stationnement réglementé et payant.

Mais, Yvan Mayeur a — comme souvent — choisi la pire des solutions : ajouter aux frais du contribuable des horodateurs inutiles et tout laisser pourrir en l’état… c’est-à-dire en parking sauvage.

Voici quelques échantillons des très nombreuses1 affiches placardées par Mme Desmet et ses aficionados :

Photo 1
Photo 2
Photo 3
Photo 4
Photo 5
Photo 6
Photo 7

 

Photo 8
Photo 9

Voir article de Bruzz (en néerlandais)

  1. Mme Desmet ne fait jamais les choses à moitié

Un groupe de Facebook veut couler Yvan Mayeur à l’aide d’infos datant… de 2013 !

Pascale Peraita, vous connaissez ? C’est la petite amie (ou ex-petite amie) de Yvan Mayeur, casée directrice du SAMU social de Bruxelles avec un salaire plantureux et un logement « attractif » bien qu’appartenant au CPAS.

Certains utilisent cette « info » datant de 2013 pour tenter de couler Yvan Mayeur, lequel n’était autre — à l’époque — que le président du CPAS.

Lien vers l’article de LLB datant du lundi 4 novembre 2013

Ce groupe de Facebook veut couler Yvan Mayeur à l’aide d’infos datant de… 2013 !

Le piétonnier de Bruxelles est devenu réalité !

Mardi 23 mai 2017 : pour la toute première fois, comme un flash, la beauté, le caractère apaisant — presque voluptueux — du « piétonnier géant » de Yvan Mayeur nous apparaissent.

Instantanément, les belles images de propagande diffusées par Yvan Mayeur en 2015 nous viennent à l’esprit…

Le problème, c’est que si ces photographies ont bel et bien été prises au niveau du boulevard Anspach 1, elles ne représentent pas sa partie piétonne.

Cependant, une autre conséquence du « piétonnier géant » apparaît clairement sur ces photos : il n’y a certes quasiment plus de voitures — à l’exception de celles stationnées sur un des côtés —, mais il n’y a pas non plus de piétons… un mardi à 13 heures !

Un piétonnier sans piétons : est-ce bien utile ?

Cette image et la suivante font irrésistiblement penser à une petite ville de province française — quelque peu endormie à l’heure de la sieste — dans les années 60 : on est loin du « Bruxelles qui brusselait » !
Au fond, la hideuse place Fontainas avec ses sempiternels travaux du gaz, le building stalinien de l’ACOD et le Bab Al Hara (« La Porte du Quartier ») est heureusement masquée par les frondaisons (et aussi — il faut bien le dire — par l’angle de vue…)
Les images de propagande de 2015 : on constatera que les conditions atmosphériques sont identiques à celles prévalant sur les deux clichés du haut, même si l’infographiste de Yvan Mayeur a eu la main lourde lorsqu’il a « photoshopé » les façades…
Un peu plus loin — même jour, même heure — la réalité reprend ses droits : à droite, on voit le marché du mardi sur la place Anneessens, les femmes sortent voilées, il y a du monde et… des autos !
Et même un peu d’animation sur le boulevard…
  1. entre la place Fontainas et la rue des Teinturiers, c’est-à-dire loin avant la partie piétonne

Yvan Mayeur lynché en direct sur RTL !

« Con », « connard », « vendu », « fossoyeur de Bruxelles », « mégalomane » : tels sont les qualificatifs peu reluisants lancés par les auditeurs de RTL à la tête de Yvan Mayeur.

Et de comparer l’incompétent — mais très autoritaire — bourgmestre PS à Bachar el-Assad ou Kim Jong-un…

A l’exception de collaborateurs comme Léon Degrelle, jamais, dans toute l’histoire de la Belgique, un homme public n’aura été haï à un tel point !

« Merci Yvan le Bon à Rien, aux idées stupides, l’imbécile de service qui se croit supérieur aux habitants de Bruxelles ! » éructe John D’herdt, et d’ajouter : « Etes-vous né imbu de vous-même ou est-ce venu au fil des ans ? »
« Juste lui dire qu’avec ses conneries, je me suis cassé de Bruxelles et beaucoup le font » précise David Hupez
« Piétonnier — J’habite boulevard Anspach : devant on y voit des gens qui font la manche, des soûlards qui gueulent la nuit et qui restent au même emplacement ; on n’ose même plus sortir, car on agresse les gens, c’est quoi ça ce piétonnier Yvan Mayeur ? » demande Evelyne Detry, une modérée…
Jeanine Praet donne un bon conseil à Yvan Mayeur : exprimé en termes pudiques, celui-ci revient à l’inviter à se montrer moins imbu de sa personne…

Bruxelles, l’insécurité au quotidien

Mai 2017 : à quelques mètres à peine de la Grand-Place de Bruxelles, un antiquaire de renom est très violemment agressé dans son magasin ; le ou les coupables courent toujours…
Mai 2017 : l’armée filtre les entrées vers le Pentagone de Bruxelles ; ici, un jeune musulman (à gauche) se fait contrôler par des parachutistes armés jusqu’aux dents, stratégiquement positionnés devant la station de métro Lemonnier (ce genre de cliché est délicat à prendre — même au téléobjectif —, car les militaires interviennent immédiatement lorsqu’ils remarquent qu’ils sont filmés)
Roulant à contre-sens sur le « piétonnier géant », deux voitures de police se dirigent à très vive allure vers la place de la Bourse
Cette automitrailleuse monte la garde devant la Bourse de Bruxelles, dans la partie piétonne du Pentagone
Un commissaire de police, abattu au niveau du boulevard du Midi, gît à même l’asphalte
Boulevard Anspach : un camion de parachutistes stationné devant l’Ancienne Belgique (« AB »), dans la partie piétonne du Pentagone
Dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, la police recourt à des mesures extrêmes
Plus que jamais, l’armée reste sur le pied de guerre étant donné la menace terroriste de niveau 3