L’armée dans les rues de Bruxelles : stop ou encore ?

Est-on certain que ce déploiement de troupes rassure plus qu'il n'effraie ?
Est-on certain que ce déploiement de troupes rassure plus qu’il n’effraie ?

Cela fait plus d’un an que l’armée belge est déployée dans les rues de Bruxelles.

Tout a commencé avec l’attentat terroriste contre Charlie Hebdo, le 7 janvier 2015, à trois cents kilomètres de notre capitale.

En face de la colonne de camions stationnés place De Brouckère, la terrasse du Métropole est assez peu fréquentée malgré le beau temps
En face de la colonne de camions militaires stationnés place De Brouckère — donc sur le piétonnier —, la terrasse du Métropole est assez peu fréquentée malgré le beau temps : il est vrai que la vue qu’elle offre est particulièrement affreuse…

Il faut bien constater que, si elle a sans doute déchargé la police, l’armée n’a pu empêcher ni l’attentat terroriste de Zaventem, ni celui de la station de métro Maelbeek.

Deux soldats de faction devant la Bourse : celui de gauche s'occupe en prenant des photos...
Deux soldats en faction devant la Bourse : celui de gauche tue le temps en prenant des photos… on remarquera au passage qu’il y a finalement peu de monde sur ce lieu qui se voudrait pourtant le centre du « piétonnier géant »

Chacun se souvient de ces images cocasses du parachutiste armé jusqu’aux dents patrouillant sur le boulevard de la Toison d’Or… un énorme sac de courses à la main.

Le soldat faisait du shopping pendant sa ronde !
Cette photo du soldat armé jusqu’aux dents faisant son shopping pendant sa ronde a fait le tour de la blogosphère en un éclair ! Il n’y a sans doute qu’en Belgique qu’une scène aussi incongrue est possible…

Ces photos montrent à l’évidence qu’un soldat professionnel plongé dans un univers de civils finit à la longue par se comporter comme un civil…

Devant la Gare Centrale...
Devant la Gare Centrale… on se croirait en pleine guerre !

Il faut d’autre part se demander si tous ces soldats en armes, camions et autres blindés n’effraient pas plus qu’ils ne rassurent !

Que doit penser un civil — et a fortiori un touriste étranger — lorsqu’il voit ces soldats revêtir leur casque lourd alors que lui-même ne porte aucune protection ?