Bruxelles 2016, ville déserte

Les images qui suivent accusent Yvan Mayeur (PS) et sa bande mieux que des mots : après onze mois de « piétonnier géant », Bruxelles 2016 ressemble — en pire — à l’ex-Berlin-Est !

Ces photographies ont été prises ce 1er juin à 11h du matin : normalement, un centre-ville est actif, animé, vivant, peuplé, en mouvement…

Mais Bruxelles est devenue une ville morte, déserte, que seuls quelques rares touristes chinois — des malheureux à qui on a fourgué ce citytrip au rabais — parcourent en enjambant les SDF et autres mendiants.

Photo 1
Une table de ping-pong à l’abandon, en plein milieu de nulle part : ici battait jadis le cœur de Bruxelles… En juin 2016 — après à peine onze mois de « Régime Mayeur » —, tout n’est plus que désolation, mendicité et criminalité galopante
Photo 2
Terrasse du Suisse : personne en vue, si ce n’est ce portefaix traînant ses hardes (à droite)
Photo 3
A l’intérieur du Suisse : pas une âme…
Photo 4
El Metteko : pas un chat ! Pourtant, son tenancier votait « Mayeur » et s’en vantait à la télévision… il a dû changer d’avis !
Photo 5
Place Saint-Géry : personne, sauf un policier expliquant ce qu’il ne faut pas faire, où il ne faut pas rouler, où on ne peut pas se garer, etc. Curieusement, cette petite place — qui avait tout pour être piétonne — est ouverte à la circulation automobile, tandis que le grand boulevard, juste à côté, est interdit au trafic !
Photo 6
Saint-Géry : ces images se passent de commentaires
Photo 7
Saint-Géry : idem
Photo 8
Saint-Géry : idem
Photo 9
Le Café Central d’Axel Neefs (rue Borgval) : on distingue au fond (à gauche) quelques touristes chinois égarés…
Ce couple de Chinois semble se dire "Comment sort-on de cet Enfer ?"
Parvenu à Zinneke Pis — attraction remarquable —, ce couple de touristes chinois semble se demander : « Comment sort-on de cet enfer ? »
Cette catastrophe unique dans les annales est imputable à cet homme
Cette catastrophe urbaine — unique dans les annales de la Belgique — est imputable à cet homme au regard vide, aux traits déformés et aux cheveux blancs : Yvan Mayeur (PS) a vieilli de vingt ans en onze mois, au cours desquels sa médiocrité est devenue évidente — y compris pour lui !