« Bruxelles Mobilité » crée l’anarchie afin de bloquer les navetteurs

Ca s’appelle « Bruxelles Mobilité », ça « oublie » des blocs de béton un peu partout, et ça ouvre d’interminables chantiers dans toutes les communes de la Région bruxelloise.

Le prétexte, c’est le cycliste1, mais le but réel est de bloquer durablement la circulation automobile à Bruxelles, surtout pour les méchants navetteurs !

La petite ceinture avait-elle vraiment besoin d’une double piste cyclable bidirectionnelle ? Poser la question, c’est y répondre…

Toujours est-il que de curieux travaux — que l’on pourrait presque qualifier d’anarchiques — ont actuellement lieu sur le premier segment concerné, à savoir « Lemonnier-Ninove ».

Quant au terre-plein central, qui devait être payant pour la mi-mars 2017, il ne l’est toujours pas !

La raison est évidente : contre tout bon sens, la Ville de Bruxelles a installé ses horodateurs à l’endroit des attractions de la Foire du Midi (juillet-août), si bien qu’ils devront être déplacés aux frais du contribuable.

Cela étant, nous plaignons réellement les commerçants du Pentagone de Bruxelles, victimes depuis déjà deux ans d’un « piétonnier géant » dont les travaux n’ont même pas encore commencé, et qui seront en outre ceinturés — c’est le cas de le dire — par un infranchissable cordon qui les étranglera petit à petit.

Et quand ils seront bien étranglés, c’est alors que les travaux d’aménagement du piétonnier débuteront, de même que la construction de la nouvelle station de métro « Constitution » avenue de Stalingrad !

Comment les City2, hôtel Métropole, Berlinblau et autre Wajs — ou Wajsbort — supportent sans réagir ce qui leur est infligé depuis juin 2015 par des idéologues totalement incompétents en matière d’urbanisme tels que Mayeur ou Smet constitue pour nous une intarissable source d’étonnement…

Photo 1 — Ce bloc de béton orphelin a été « oublié » par son propriétaire, Bruxelles Mobilité… il est en passe de remplacer l’iris comme emblème de Bruxelles
Photo 2 — Il faut se référer à la vue aérienne (photos 5 et 6 ci-dessous) pour tenter de comprendre la situation : une bretelle reliant les deux boulevards a été interdite à la circulation automobile, mais pas aux cyclistes ni au tram ; curieusement, Bruxelles Mobilité a disposé ses blocs de béton de manière à créer au sein même de la bretelle une sorte d’enclos où les automobilistes soucieux de leur carrosserie viennent se garer à l’abri des griffes et des bosses
Photo 3 — Pascal Smet semble vouloir que les cyclistes provenant de la piste cyclable bidirectionnelle située le long du boulevard du Midi s’engagent à contre-sens dans le boulevard Poincaré afin de rejoindre la piste cyclable bidirectionnelle située le long du boulevard Poincaré…
Photo 4 — Le célèbre terre-plein central : toujours aussi encombré, car toujours aussi gratuit : la Ville de Bruxelles doit déplacer les quatorze horodateurs avant le début de la Foire du Midi
Photo 5 — Le plan des lieux devient de plus en plus difficile à saisir !
Photo 6 — Même de très haut !
Photo 7 — Ces deux voitures de gauche sont garées sur l’actuelle piste cyclable… là où elles devront l’être dans le futur, enfin… si nous avons bien compris ; quant à celle de droite, elle est stationnée sur la future piste cyclable
Photo 8 — Ces travaux durent depuis plusieurs semaines déjà…
Photo 9 — Le seul à s’amuser dans le quartier est ce Pierrot tout droit sorti de la commedia dell’arte qui trône au centre du square de l’Aviation
  1. Quand ce n’est pas l’air pur…