Dur dur d’être Ladurée…

Ce
Michel Wajs (ou Wajsbort) rêve-t-il d’une destruction de Bruxelles pire que celle qui est en train de se produire ?

Ce fut « The place to be », mais le Sablon est occupé à son tour à se casser grave la gueule !

Michel Wajs (ou Wajsbort), le 6 juin 2016

Cette impressionnante bâtisse abrite
Cette impressionnante bâtisse, située au numéro 40 de la place du Grand Sablon à Bruxelles, est un monument classé. Elle abritait autrefois la salle des ventes Pierre Bergé ; elle accueille à présent la maison Ladurée de Paris (fondée en 1862), laquelle confectionne les célèbres macarons…
abrite
… mais elle semble fermée…
pour michel
… ce qui fait dire à Michel Wajs (ou Wajsbort) qu’elle serait en faillite. M. Wajs (ou Wajsbort) précise bien que le loyer mensuel s’élève à 35.000 euros hors charges pour 4.000 m2, auxquels il faut ajouter les salaires, les charges sociales, etc. etc.
Cette nouvelle attriste les autres commerçants
La nouvelle stupéfiante de la déconfiture de Ladurée attriste les autres commerçants bruxellois, lesquels sont nombreux à « poster » des messages de compassion sur le blog de M. Wajs (ou Wajsbort). Cela lui permet ensuite de demander aux uns et aux autres de lui verser des sommes d’argent destinées à financer son « combat » contre Yvan Mayeur
les macarons
… mais, rapprochons-nous : que voyons-nous ?
mais une petite affiche
Ah oui ! Ladurée Sablon est fermé « pour travaux » jusqu’au 17 juin 2016 !
Ville morte 11
En 1815, à Waterloo, Napoléon avait installé son QG dans la ferme du Caillou. En 2015, Michel Wajs (ou Wajsbort) a établi le sien dans cette boutique de la rue du Midi où il vend ce que l’on appelle du « vieil or », ainsi que des montres d’occasion ; armé de sa tablette Android, ce stratège veille jusque tard dans la nuit ; ses régiments portent des prénoms féminins : Prudence, Georgette et Jacqueline…
... puis en 2016
Depuis son QG (ci-dessus en 2016) et le Café Capitale tout proche, M. Wajs (ou Wajsbort) dirige une vaste campagne destinée à faire tomber Yvan Mayeur — sa bête noire — et même tout le collège échevinal de la Ville de Bruxelles… et puis pourquoi pas aussi Pascal Smet avec le Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale ? En réalité, la seule « avancée » obtenue par M. Wajs (ou Wajsbort) semble concerner le nombre d’affiches anti-piétonnier collées sur la vitrine de sa boutique…

Une réflexion sur « Dur dur d’être Ladurée… »

Les commentaires sont fermés.