Floraison de pages Facebook « antipiétonnier »

Facebook s’est montré à la hauteur de sa réputation de « moteur de la haine », et si le « piétonnier géant » de Bruxelles a été l’objet, la cible de cette détestation, Yvan Mayeur en personne en a été le catalyseur.

Yvan Mayeur en majesté… il ne manque plus que la perruque poudrée, l’hermine, le sceptre et le globe : est-il concevable qu’un homme politique — a fortiori non élu — se pavane publiquement dans un tel appareil, dans une démocratie, en 2017 ?

Pourquoi ? Parce que Yvan Mayeur représente l’archétype du dictateur en cette époque d’hommes forts — les Trump, Poutine, Xi Jinping, etc. —, sauf qu’il n’en a pas la carrure.

En effet, Yvan Mayeur ne possède ni avions ni chars d’assaut, et il n’a même pas été élu, contrairement à ses illustres modèles.

Alors, il prête le flanc à toutes les critiques, fondées ou non… ainsi qu’au ridicule.

« Sauvons la Bourse »
« Non au mini-ring » de la très bilingue Valérie Berckmans
« Oui et oui au piétonnier bruxellois » s’intitulait initialement la page Facebook de Meir Eddy Dwek : il a depuis changé d’avis… et de titre !