Il a tout compris !

Hicham Kar a tout compris : le but de l’opération est bien de « transformer le centre en habitations privées » !

Le projet décrit dans nos News du 1er mars et du 17 juillet 2017 consiste bien à transformer le centre de Bruxelles — en tout cas la zone du piétonnier central — en zone « gentrifiée »1, donc essentiellement résidentielle, comprenant quelques superettes et de l’HORECA.

Resterait comme zone de shopping : la rue Neuve et l’axe Grand-Place – Manneken Pis pour les touristes (chocolats, dentelles et statuettes de Manneken Pis).

80% des commerces actuellement présents dans la zone doivent donc disparaître, de gré ou de force.

Voici le contexte précis de la déclaration de Hicham Kar sur Facebook, le 26 juillet 2017 :

Un morceau du fil de discussion concerné (le « post » de Hicham figure à l’avant-dernière position)
D’incessantes modifications du sens de circulation dissuadent la population de se rendre dans le centre-ville de Bruxelles

Lorsque nous écrivons de gré ou de force, ce n’est pas excessif : tout est fait pour dégoûter tant les habitants que les commerçants — même aujourd’hui, notamment via de perpétuels changements de sens de circulation2 — et leur offrir une porte de sortie fort commode : l’acquéreur de leurs biens immobiliers les a en effet déjà contactés, d’abord par téléphone, puis par écrit !

Et si c’était vrai ? Si la Ville de Bruxelles massacrait réellement les Bruxellois ?

La grande question est évidemment de savoir s’il existe un lien entre les autorités de la Ville et les acquéreurs de biens immobiliers situés au centre de Bruxelles.

Si ce lien existe, c’est-à-dire si la Ville de Bruxelles a délibérément créé une situation invivable au centre-ville afin de favoriser le rachat des biens de ses habitants ou commerçants par de grands groupes, nous sommes alors confrontés à un scandale mille fois plus grave que celui du SAMUSOCIAL !

Nicolas VIROUX semble avoir adressé la même lettre à bon nombre de propriétaires de biens situés dans le centre-ville de Bruxelles
La page LinkedIn de Nicolas Viroux : il s’y présente comme spécialiste en « real estate investment/development », ce qui signifie : placements immobiliers/promotion immobilière, CQFD

Il nous semble évident que Nicolas Viroux n’achète pas tous ces biens du centre de Bruxelles pour son compte propre… en tout cas, il est très très fâché que nous en parlions !

Mais, dès qu’on parle de cette affaire, des grands groupes internationaux — qui ont manifestement placé une « alerte » — bondissent sur notre site web, ici un groupe irlandais baptisé ARVATOFINANCE ! Tous ces grands groupes financiers ont en commun de s’attarder sur la fameuse page Il tente de racheter un maximum de biens immobiliers au centre de Bruxelles ; il est vraisemblable que ces groupes n’agissent pas isolément, mais ont pour l’occasion formé un consortium
  1. La gentrification (anglicisme créé à partir de gentry, « petite noblesse »), ou embourgeoisement urbain en français, est un phénomène urbain par lequel des personnes plus aisées s’approprient un espace initialement occupé par des habitants ou usagers moins favorisés, transformant ainsi le profil économique et social du quartier au profit exclusif d’une couche sociale supérieure.
  2. Et la liste est longue : vacarme nocturne causé par les « événements », inaccessibilité, stationnement quasiment impossible, mauvaise desserte par les transports en commun, insécurité épouvantable, etc.