Il tente de racheter un maximum de biens immobiliers au centre de Bruxelles

Nicolas VIROUX semble avoir adressé la même lettre à bon nombre de propriétaires de biens situés dans le centre-ville de Bruxelles. Certains disent qu’il s’agit en réalité d’un agent immobilier (GO INVEST)

Cela fait longtemps que les propriétaires de biens immobiliers situés au sein du « piétonnier géant » de Yvan Mayeur pensent que ce dernier laisse délibérément pourrir la situation afin que des « investisseurs » puissent racheter leur bien à vil prix1.

Ces « investisseurs » se sont déjà manifestés par téléphone — dès 2015 —, mais c’est la première fois qu’une lettre est produite.

Il faut dire que l’état actuel d’abandon, de saleté et de dangerosité de la zone du « piétonnier géant » est tel que les prix ont fortement baissé par rapport à mi-juin 2015.

Cette discussion sur Facebook montre bien que Nicolas VIROUX a envoyé la même lettre à plusieurs propriétaires

Qui est exactement Nicolas VIROUX ? Il déclare agir « dans le cadre d’une société patrimoniale familiale », mais d’aucuns pensent qu’il s’agit en réalité d’un simple intermédiaire.

On se croirait dans une petite rue d’une petite ville de province… on est en réalité dans un lieu éminemment stratégique — en termes de rentabilité commerciale — de la capitale de l’Europe : l’Ilot Sacré de Bruxelles, juste à côté de la célèbre Grand-Place
Est-il normal que tant d’immeubles comportant un rez commercial soient inoccupés dans l’Ilot Sacré ? A Paris, Londres, Barcelone, des commerçants payeraient des fortunes pour louer ces locaux idéalement situés, tout près de la Grand-Place de Bruxelles et de la Bourse
L’enseigne de cet ex-magasin SOUVENIRS SHOP témoigne de sa situation à quelques mètres à peine de la Grand-Place de Bruxelles : il est actuellement à l’abandon !

En effet, racheter une partie — même réduite — du « piétonnier géant » de Bruxelles supposerait de disposer de sommes très considérables, chaque immeuble bien situé valant au bas mot un million d’euros.

Nous invitons les visiteurs de notre site à nous communiquer d’autres informations sur ce sujet.

Voir notre article du 15 octobre 2015

  1. C’est la théorie de la « spéculation immobilière » : Yvan Mayeur créerait donc délibérément des conditions infernales au centre-ville de Bruxelles en 2015-2018 pour faire baisser les prix, permettant ainsi à des « investisseurs » ou à des « amis » — voire même à la Ville de Bruxelles — de faire main basse sur un important patrimoine immobilier. Ensuite, les travaux d’aménagement seraient réalisés et les prix remonteraient, dépassant leur niveau actuel. C’est possible… L’autre thèse est celle de l’incompétence, du manque de niveau intellectuel (QI) de Yvan Mayeur. Evidemment, si l’on combine une grosse dose d’incompétence avec une dose de machiavélisme, on obtient en effet un bourgmestre qui détruit sciemment sa ville pour la brader, ce qui est littéralement monstrueux !