La police tente de sécuriser le piétonnier géant de Yvan Mayeur

Dans un effort désespéré pour lutter contre la violence sur le piétonnier, Yvan Mayeur a lâché ce 8 septembre 2015 des dizaines de policiers lourdement armés (il s’agit d’inspecteurs et non d’agents).

Un tel déploiement de force oblige à se poser la question : ces courageux policiers n’auraient-ils pas été plus utiles ailleurs si Yvan Mayeur ne s’était obstiné dans son projet insensé ?

Des dizaines de policiers armés sillonnent le piétonnier géant
Des dizaines de policiers lourdement armés et portant des gilets pare-balles sillonnent le piétonnier géant
Un contrôle de police sur le piétonnier géant
Un contrôle d’identité sur le piétonnier géant

Les bandes urbaines — essentiellement des dealers ou voleurs à la tire — constituent l’un des principaux facteurs de criminalité sur le piétonnier géant de Yvan Mayeur.

D’une extrême mobilité, elles disparaissent dès l’arrivée de la police… pour réapparaître aussitôt les forces de l’ordre parties.

Il est excessivement dangereux d’essayer de les photographier, mais nous avons néanmoins réussi à en capturer une au téléobjectif (ce qui explique la mauvaise qualité du cliché).

Cette photo, prise au téléobjectif, montre une bande urbaine occupant le centre du piétonnier
Cette photo, prise au téléobjectif, montre une bande urbaine occupant le centre du piétonnier
Ce véhicule est arrêté et ses occupants contrôlés par des policiers armés
Ce véhicule est arrêté et ses occupants contrôlés par des policiers armés
Deux policiers en embuscade devant Partena, dissimulés derrière un pilastre
Deux policiers en embuscade devant Partena, dissimulés derrière un pilastre
Cette escouade est en stand-by devant la bourse
Une escouade de « bikers » en stand-by devant la bourse (à l’arrière plan, la terrasse quasiment vide du Grand Café)
A l'entrée ouest du piétonnier, des policiers contrôlent un véhicule suspect
A l’entrée ouest du piétonnier, des policiers armés contrôlent un véhicule suspect ; on notera que le boulevard est sinon désert
Etat de siège... sur cette photo prise au téléobjectif (ce qui explique sa mauvaise qualité), on compte pas moins de dix-sept policiers en un point stratégique du piétonnier
Bruxelles, ville en état de siège ? Sur cette photo prise au téléobjectif (ce qui explique sa mauvaise qualité), on compte pas moins de dix-sept policiers concentrés en un point stratégique du piétonnier, pour lutter contre la criminalité qui y fait rage

2 réflexions au sujet de « La police tente de sécuriser le piétonnier géant de Yvan Mayeur »

  1. La police est présente le jour, mais la nuit, elle se fait extrêmement discrète. Alors que le plus gros des problèmes ont lieux la nuit, la police n’est décidément pas très visible. Que dire quand les gens deal de la drogue à 10 mètres de la police, sans que celle-ci réagisse (vu de mes propres yeux). L’autre soir, s’est un autocar polonais qui s’était perdu sur le piétonnier à la nuit tombé (une situation courante) et la police, garé au niveau de la Bourse qui regarde le spectacle.
    De toute manière il est évidement qu’il y a un énorme problème d’organisation. Même les panneaux routiers donne un caractère surréaliste à ce piétonnier.

  2. Ah, du temps du stationnement de taxis devant le Métropole, les flics avaient une vie pépère ! Les flics (surtout ceux à vélo, les pires) passaient le plus clair de leur temps à chercher (vainement) des poux dans la tête des taximen, la presse a relaté la mésaventure de l’un d’eux qui déposait une cliente (une vieille dame) devant l’entrée de son hôtel, bd Adolphe Max, aussitôt un premier flic à vélo est arrivé et a demandé ses papiers au tacman. Le temps que celui-ci obtempère, arrive un second flic à vélo qui se met à le tabasser, ALORS QUE LE MEC ÉTAIT OCCUPÉ À OBTEMPÉRER ! Le gars a été hospitalisé, un certificat médical attestant de ses nombreuses blessures a été rédigé, plainte a été déposé, notamment au Comité P et le tacman a évidemment eu gain de cause. N’empêche qu’entre-temps, le passage à tabac, il y a eu droit, alors qu’il était occupé à obéir, potferdoume !

    Ceux qui se déplaçaient en combi ont plusieurs fois, en ma présence, vers midi, enclenché leur sirène bd E. Jacqmain pour être plus vite à la sandwicherie de la rue des Fleurs (coin rue du Cirque).

    Eh bien, certes, j’exècre le piétonnier (et pourtant, je n’ai pas de voiture), mais il aura a moins eu UN avantage : rappeler aux keufs, et en particulier ceux de la zone Bruxelles Capitale-Ixelles (les plus agressifs, paraît-il) quel était VRAIMENT leur métier. Pas emmerder « à tout hasard » les chauffeurs de taxi au centre de Bruxelles, pour faire passer le temps, mais lutter contre la délinquance, la VRAIE ! Ah, c’est plus dangereux que de tabasser un chauffeur de taxi, évidemment ! Alors, bien sûr, je ne souhaite pas que les bandes urbaines fassent des victimes parmi les flics, loin de là. Il paraît que les effectifs de police dans cette zone ont été fortement augmentés. Si c’est vrai, je trouve ça très bien, faut ce qu’il faut. Mais il n’est pas mauvais de rappeler à la police que son rôle est d’assurer la sécurité et par le fait, de protéger la population, pas de jouer les emmerdeurs avec les taximen.

Les commentaires sont fermés.