La Ville de Bruxelles met sous scellés des auvents dans l’Ilôt sacré

(Belga) La cellule contrôle de l’urbanisme à la Ville de Bruxelles, accompagnée de la police et de l’échevin de l’Urbanisme et du Patrimoine, a effectué lundi matin une descente dans l’Ilot Sacré afin de placer des scellés sur les auvents des établissements horeca qui s’y trouvent et n’avaient pas respecté l’arrêté du bourgmestre entré en vigueur en mai dernier sur base d’un avis du SIAMU, a indiqué le service presse de l’échevin de la Ville de Bruxelles.

Les célèbres auvents de l'Ilot Sacré
Les célèbres auvents de l’Ilot Sacré, rue des Bouchers… En réalité, presque tous ces restaurants sont des « pièges à touristes » pratiquant le rabattage ; seules exceptions : les Armes de Bruxelles, Chez Léon, le Scheltema et Vincent, ces deux derniers situés rue des Dominicains.

Les agents de l’urbanisme de la Ville de Bruxelles ont posé à 08H30 des scellés sur les auvents problématiques en termes de sécurité des établissements horeca de l’Ilot Sacré.

L’arrêté du bourgmestre entré en vigueur le 31 mai dernier, pris après un incendie survenu dans la rue des Bouchers en janvier dernier et sur base d’un avis du SIAMU, le service d’incendie et d’aide médicale urgente de la Région de Bruxelles-Capitale, imposait trois mesures.

La première stipulait que l’ouverture des auvents était interdite à partir du jour de la notification de l’arrêté. La deuxième sommait les exploitants de prendre les dispositions nécessaires pour démonter les auvents, marquises et tentes solaires dans les quatre mois à dater de la notification de l’arrêté. Enfin, la dernière mesure entendait bannir parasols, chaufferettes, banc d’écaillers, fûts, tonneaux, paravents ou tout autre mobilier lourd et encombrant qui pourrait entraver la circulation des véhicules de secours.

Sans les auvents...
Sans les auvents, la rue semble nettement moins intime… et beaucoup plus exposée aux intempéries !

L’exploitation des terrasses en façade n’est donc pas interdite mais seules les tables et les chaises sont autorisées. Les commerçants ont jusqu’au 7 novembre pour se mettre en règle et les éléments qui n’auront pas été démontés après ce délai seront enlevés par les services de l’Urbanisme aux frais des commerçants.