Le 02 279 25 50 ne répond plus…

Avis en français

1er juin 2017, jour J : selon l’avis placé les 29 et 30 mai, c’est aujourd’hui que prend cours l’obligation d’alimenter les horodateurs du terre-plein central.

Nous essayons de payer : le premier appareil répond : « Utilisez une autre machine » ; le second affiche le même message, et ainsi de suite !

Nous téléphonons alors au numéro repris sur l’avis officiel (voir ci-dessus), soit le 02 279 25 50 : aucune réponse.

Canular en français

Nous téléphonons ensuite au numéro figurant sur le canular de Mme Desmet (voir ci-dessus), le 02 279 50 60 : une dame avoue ne pas être au courant et nous oriente vers une Mme Jeanine Gailly, « secrétaire de cabinet » au 02 279 47 11.

Nous composons ce dernier numéro : aucune réponse !

Finalement, en reformant le 02 279 50 60, nous parlons avec un monsieur — dont le bilinguisme est remarquable — qui nous dit que le fonctionnement des horodateurs sera activé vers… 10h301.

Lorsque nous demandons s’il est normal qu’aucun panneau de signalisation n’indique que le parking est payant, ce monsieur avoue ne pas être au courant… mais admet qu’au niveau des principes il en faudrait.

A défaut de signalisation ad hoc, cet horodateur dernier cri — installé comme ses prédécesseurs des années 2000 sur le trottoir du boulevard du Midi — fait de la figuration ; mais des gogos (essentiellement des touristes) l’alimentent malgré tout…

Il faut dire que, le long du boulevard du Midi, des horodateurs sont déjà installés près des façades, qui sont fonctionnels depuis des lustres — bien qu’aucun panneau de signalisation n’y ait jamais été installé.

Yvan Mayeur n’a pas besoin des horodateurs pour braquer le citoyen…

Nous n’y avons d’ailleurs jamais vu le moindre contrôleur… et pourtant des gogos paient !

  1. Cela donne nettement l’impression qu’en réalité c’est notre appel téléphonique qui l’a activé