Le centre de Bruxelles déserté par les clients aisés

Ce qu’il s’est passé ce 1er septembre, vu en combinaison avec l’annonce de la nette baisse de fréquentation des parkings intra-Pentagone — -20% et même -50% pour le parking Ecuyer* —, est sans doute beaucoup plus grave qu’un embouteillage monstre.

La démonstration est à présent faite que le centre de Bruxelles est déserté par les clients aisés — et motorisés —, lesquels vont désormais faire leurs achats au Fort-Jaco à Uccle, au Woluwe Shopping Center et même à Waterloo ou Louvain-la-Neuve (!).

En journée, ces personnes aisées sont remplacées par la foule aussi bigarrée que désœuvrée qui erre sans but sur le « piétonnier géant », entre les cyclistes speedés et le bizarre mobilier en bois installé par « BXL ».

La "clochardisation" de Bruxelles
La « clochardisation » de Bruxelles : ce profil de marginal était totalement inconnu dans le centre-ville avant l’instauration du piétonnier

Le soir et la nuit, ce vaste espace criminogène est livré aux SDF, toxicomanes et autres marginaux violents de tout poil.

Au point qu’après en avoir interdit l’accès à grand renfort de panneaux en tous genres, « BXL » doit à présent faire de la « pub » pour ses commerces : après avoir fait fuir les riches clients motorisés en décrétant la « fermeture du centre », M. Mayeur tente maintenant de les « récupérer » par des slogans ineptes.

Une "pub" d'une désolante naïveté
Une « pub » d’une désolante naïveté

En voici quelques exemples, toujours accompagnés du nouveau logo à 80.000 euros — la chauve-souris « BXL » — et d’un curieux cœur : Les boutiques les plus choux de Bruxelles poussent au centre-ville ou Le cœur de la ville a ses raisons que la raison ignore. Une bonne raison pour y faire son shopping (sic) ou encore C’est au cœur de la ville qu’on sent battre le sien. Surtout dans ses boutiques.

Mais les clients aisés ne modifieront pas leurs nouvelles habitudes d’achats en périphérie et ne reviendront plus jamais dans les « quartiers fermés » du centre de Bruxelles.

En outre, en l’espace d’à peine deux mois, l’image du centre de « BXL » s’est transformée au point de devenir extrêmement négative (saleté, circulation impossible, etc.), voire carrément dangereuse (drogue, criminalité).

En tout cas, creuser quatre nouveaux parkings souterrains au sein du Pentagone apparaît comme une entreprise vaine : quel investisseur va financer un chantier inutile compte tenu des places devenues disponibles — et qui le resteront — dans les parkings existants ?

M. Mayeur a seulement réussi à créer un vaste espace récréatif pour très petits budgets… mais les seuls gagnants à son jeu sont les snacks, kebabs, night shops et autres cafés vivant de cette marée humaine qui dérive sur le « piétonnier géant ».

Cette dame ne risque pas d'enrichir les commerçants du piétonnier !
Cette femme à l’air bougon ne risque pas d’enrichir les commerçants du piétonnier !

En jouant à l’apprenti-sorcier, l’arrogant M. Mayeur a déclenché des phénomènes sociétaux conduisant à un résultat opposé à celui qu’il recherchait… en politique, cela s’appelle une faute !
___________________________
* Il ne s’agit pas du taux d’occupation, mais de la baisse par rapport à juillet-août 2014.