Le Centre de crise demande l’annulation des grands événements et l’interruption du métro

(Belga) Le Centre de crise du SPF Intérieur demande l’annulation des grands évènements en Région bruxelloise et de tous les matchs prévus ce week-end en première et deuxième division du championnat de Belgique à la suite des relèvements successifs de la menace terroriste survenus ces derniers jours. Il recommande par ailleurs la suspension de la circulation des métros à Bruxelles samedi et dimanche.

Ces recommandations interviennent à la suite d’une évaluation de l’Organe de coordination pour l’analyse de la menace (OCAM). Le niveau d’alerte terroriste a ainsi été relevé à 4 en Région bruxelloise dans la nuit de vendredi à samedi, ce qui correspond à une menace « sérieuse et imminente », tandis que le niveau 3, qui fait état d’une menace « possible et vraisemblable », reste en vigueur sur le reste du territoire. L’Union belge de football devrait logiquement suivre cette demande du Centre de crise, comme elle l’avait fait lors de l’annulation du match Belgique-Espagne prévu mardi au Stade Roi Baudouin. Le concert du rockeur français Johnny Hallyday prévu samedi soir au Palais 12 sur le plateau du Heysel devrait également être concerné par ces recommandations. Le Centre de crise demande aussi l’interruption du trafic du métro sur l’ensemble du réseau samedi et dimanche. La STIB confirmait samedi matin que les métros et prémétros ne rouleraient pas de la journée. Les bus et trams seront eux opérationnels. Une décision doit encore être prise pour la journée de dimanche. Un renforcement du dispositif policier et militaire est lui aussi préconisé. Dès samedi à 02h00, des patrouilles mixtes composées de deux militaires armés et d’un policier avaient été déployées à plusieurs points de la capitale (avenue Louise, place du Grand Sablon, Porte de Namur, rue Neuve), a constaté l’agence Belga.

Menace de niveau 4 à Bruxelles
Menace de niveau 4 à Bruxelles

Une réflexion sur « Le Centre de crise demande l’annulation des grands événements et l’interruption du métro »

  1. LA CHAR-RUE AVANT LES BOEUFS
    Vous voulez vous monter la bile en sauce moutarde, ou aigre-doux ? Vous descendez dans la rue Dansaert vers 17h. C’est la version bronxelloise de l’histoire classique, déclinée à l’infini des nationalismes myopes : combien de Belges faut-il pour changer une ampoule ?
    Dansaert : vous avez 4 autos, qui toutes viennent du canal pour tourner à gauche, non pas direction parking (à peine un chat sur le marché de Noël), mais pour aller, en ce moment, vers la R20, via Grande-Roue (parcours pas bison fûté). Ça donne quoi ? Un embouteillage.
    Deux mètres plus loin, c’est de nouveau le désert. A droite, direction Bourse, la rue Vanartevelde. Mise en sens unique à mi-parcours : c’est une autre grande spécialité belge : le surréalisme. Et attendez, vous êtes loin d’être arrivé à la gare du midi, là, vous allez tomber sur une tempête dans une verre de thé… POURQUOI, quand on a condamné le Boulevard Lemonnier, le boulevard Anspach, l’avenue de Stalingrad, limiter la circulation dans Vanartevelde à une bande ??? Il passe, toutes les lunes, un zombie en villo, qui pourrait parfaitement flâner sur les grands boulevards, mais non, la moitié de la chaussée est paralysée pour une circulation vélocipédique hypothétique en sens inverse (idéal, les soirs d’hiver, sous l’aveuglant éclairage urbain). Si vous voulez aller Place Anneesens, ou Place Rouppe, histoire d’aller casser la croûte « comme chez soi », vous l’avez dans le baba (j’allais oser dire, dans la djellaba…) . Déjà que la rue du midi, elle aussi, est condamnée.
    Après, c’est de nouveau le désert. Des tempêtes dans un verre… du prochain temple de la bière…
    En plus, les parcmètres sont passés au mode ‘carte bancaire’, avec un mode opératoire repêché chez Cro-Magnon – moi pas connaître clavier azerty, moi tout mélanger – vous mettez une demi-heure pour payer un 1/4h – et vous apprenez par hasard que TOUT le secteur urbain entre la gare du midi et la gare centrale, englobant en plus et notamment la rue des Tanneurs, est passé sous protectorat communal, et, avec la hauteur de vue proverbiale de la coalition gouvernementale du jour, va bannir la voiture de la zone…
    Je veux bien, à condition que, comme vous, nous ayons chacun, chacune, une voiture de fonction, un chauffeur. Parce que sinon, comment c’est qu’on va se déplacer, dans cette ville ?
    Le RER bruxellois, on l’attend depuis combien de temps ? Je suis de retour depuis 4 ans, je ne vois toujours rien venir. Chaque commune traversée fait des procès (tiens, pourquoi ça me rappelle la grande coordination des actions policières dans la lutte organisée contre le grand terrorisme, récemment, combien de chefs de police dans la seule « ville » de Bronxelles ? Et, attendez, maintenant, on va avoir la CIA européenne – déjà qu’on a l’OTAN à Evere, une ministre des affaires étrangères européennes, aussi invisible – mais sans nul doute tout aussi bien payée, et à vie pensionnée que la première, 7 chefs de police, 4 ministres du climat, combien de l’im-mobilité ? Et je ne sais plus combien de gouverneurs et autres sous-fifres provinciaux qui ne savent pas eux-mêmes ce qu’ils font… Ce n’est pas demain qu’il circule, le RER… Et le bus que je vais devoir prendre pour faire 1 km dans le centre-ville, il n’est pas encore né.
    Ça s’appelle mettre la charrue avant les boeufs, la politique à oeillères, du pas-plus-loin-que-le-bout-de-ma-q—-, du sans vue.
    Et en passant, qui s’est rempli les poches, pour dresser les plans de si nouveaux quartiers, les mêmes que ceux qui vont creuser une fontaine de Trévi de 2 milliards d’eurocents dans la rue Orts ?
    J’avoue que j’ai cessé de faire mes courses dans mon quartier. Le Sablon, la Toison d’Or, l’avenue Louise, que je trouvais trop BCBG à mon goût, c’est quand même plus vivant….

Les commentaires sont fermés.