Le massacre du centre-ville de Bruxelles

Voici ce qu’est devenu le beau casino VIAGE… qui paie très cher pour se retrouver dans l’environnement le plus écœurant et le plus dangereux de Belgique.

Le malheureux casino VIAGE
Le malheureux casino VIAGE, placé au centre de l’horreur

Les commerçants du boulevard Anspach contemplent la faune autour d’eux, qui fait désormais partie de leur paysage, depuis le lancement du piétonnier fin juin 2015. Moitié désespérés, moitié scandalisés.

La fermeture du boulevard aux véhicules a ramené toute une population de personnes posant problème. « Des zonards, des ivrognes, des dealers », énumère le patron d’une boutique, qui préfère rester anonyme. Présent dans le centre depuis la fin des années 1970, il avoue ne jamais avoir vu « autant de merdes » que maintenant et compte se plaindre, avec d’autres commerçants, auprès de la Ville. « Il y a des gens qui prennent un mélange de crack et d’alcool et terminent leur nuit quand nous commençons à travailler », poursuit le gérant. « Des clients m’ont demandé ce que c’était que tout ça. Ils sont inquiets pour nous. Il y a des dealers juste devant ma boutique, sur les nouveaux bancs. »

Place de Brouckère, ce toxicomane urine au vu et au su de tous...
Place de Brouckère, ce toxicomane urine au vu et au su de tous…

Voir aussi : La Capitale du vendredi 7 août 2015

© Contre le piétonnier du centre de Bruxelles, Facebook

Une réflexion sur « Le massacre du centre-ville de Bruxelles »

  1. Sur le plan juridique, pourquoi ne contestez-vous pas auprès du tribunal administratif au motif que la publicité qui n’a pas été faite correctement ?….

Les commentaires sont fermés.