Le piétonnier sur le pied de guerre après les attentats du 13 novembre

Suite aux événements de Paris, l’OCAM relève au niveau 3 (sur quatre) la menace d’attentat terroriste sur Bruxelles, à savoir « possible et vraisemblable ».

Les étudiants de l’ULB en savent quelque chose, puisque leur traditionnelle Saint-Verhaegen a été interdite1.

Le match de football Belgique-Espagne a lui aussi été annulé.

Toute la question est de savoir si les Plaisirs d’Hiver 2015 pourront avoir lieu comme les années précédentes.

Ce marché de Noël — qui n’ose plus dire son nom — attire en effet une très forte concentration de personnes dans un lieu à haute valeur symbolique, mais absolument impossible à protéger…

On notera en outre que les Plaisirs d’Hiver se déroulent essentiellement sur une partie du centre de Bruxelles ouverte à la circulation automobile, ce qui rend un attentat encore plus facile à perpétrer.

Armée 1
L’armée a investi le centre de Bruxelles…
Armée
Devant l’Ancienne Belgique, des soldats dotés de fusils d’assaut FAL montent la garde, aux côtés de policiers
Armée 2
Ce camion militaire est garé sur le boulevard Anspach… et il n’a nul besoin de laissez-passer à cette fin !
Armée
Afin de prévenir les attentats à la voiture piégée, le stationnement des véhicules a été rendu physiquement impossible le long du boulevard Anspach ; on notera au passage que le centre-ville est quasiment désert en cet après-midi du 20/11…
Armée 3
En face de la Bourse, cette automitrailleuse, armée d’une mitrailleuse lourde, est prête à ouvrir le feu sur d’éventuels terroristes pour protéger les passants
Armée
Pendant ce temps, un musicien de rue joue devant un public plutôt réduit
  1. Cette interdiction pose quand même question : si un cortège et un bal d’étudiants doivent être annulés au titre de la sécurité, que faut-il alors penser du risque posé par les Plaisirs d’Hiver censés attirer 1.500.000 visiteurs issus de nombreux pays, le tout à un jet de pierre de Molenbeek-Saint-Jean ?