Le terre-plein central du boulevard Poincaré bientôt transformé en parking payant

Le boulevard du Midi est séparé du boulevard Poincaré par le terre-plein central où se tient la foire du Midi en juillet-août : même si la voirie est régionale, tous trois sont situés sur le territoire de 1000 Bruxelles, lequel s’étend jusqu’aux façades des maisons situées le long du boulevard Poincaré, là où commence le territoire de la commune d’Anderlecht. En fait, il s’agit de l’espace occupé jusqu’au début du XIXe siècle par les fortifications entourant Bruxelles, et dont la porte de Hal est l’unique vestige

C’est sans doute le lieu le plus mal famé de Bruxelles, plus sale et plus dangereux encore — si cela était possible — que la zone du « piétonnier géant » de Yvan Mayeur.

Le lieu le plus mal famé de Bruxelles… et ce n’est pas peu dire ! Le lieu de tous les trafics et de tous les vols…

Des horodateurs dernier cri avec enregistrement de la plaque jalonnent déjà le boulevard du Midi proprement dit, sans qu’aucun agent ne passe jamais.

Surréaliste : depuis une dizaine d’années, des horodateurs sont installés sur le trottoir côté boulevard du Midi, mais ils ne sont pas utilisés par 1000 Bruxelles, bien qu’ils soient fonctionnels et que quelques gogos les alimentent en pure perte : il n’y a tout simplement pas de panneau rendant leur usage obligatoire !

A défaut de panneaux réglementant le stationnement, il semble que ces horodateurs fassent de la figuration, même si quelques touristes égarés les alimentent en pure perte.

Et curieusement, les rues perpendiculaires, telles la rue Bodeghem, la rue d’Artois ou la rue des Casernes, pourtant situées à l’intérieur du Pentagone, sont dépourvues d’horodateurs…

En été, la célèbre Foire du Midi, installée sur le terre-plein central entre les deux boulevards, attire plus d’un million de visiteurs

La nouvelle idée  — à moins qu’il ne s’agisse d’une énième velléité — de 1000 Bruxelles serait d’installer quatorze horodateurs (seulement ?) sur le terre-plein central, et ce depuis la porte de Hal jusqu’à la porte de Ninove, soit une distance de quelque deux kilomètres.

Pascal Smet a disposé des blocs de béton un peu partout… le résultat est esthétiquement désastreux, comme tout ce que fait ce personnage fanatique de la petite reine, aussi ubuesque qu’incompétent

Cela concerne ni plus ni moins un millier de véhicules qui, actuellement, stationnent de manière totalement anarchique… et donc gratuite !

Un véritable bric-à-brac de véhicules en tous genres, amoncelés pêle-mêle et se bloquant mutuellement, si bien qu’on entend sans cesse de longs appels de klaxon émanant des « prisonniers »

On trouve là des voitures-ventouses à perpétuité (souvent immatriculées dans les pays de l’Est), des épaves de véhicules accidentés, des camionnettes, des roulottes de gitans, et même des véhicules en train d’être réparés ou dont l’huile est vidangée et répandue sur le sol…

L’ « Oasis de Paix » de Bruzz, devant l’école juive Maïmonide, à présent désertée pour cause d’insécurité de 1000 Bruxelles : beaucoup trop dangereux !

La nouvelle réglementation devrait entrer en vigueur à la mi-mars 2017, à supposer qu’existe la volonté politique, car le parking sauvage est toléré sur le terre-plein central depuis des décennies …

Plutôt que d’emprunter le prémétro de manière classique, via la station Lemonnier, ces trois personnes préfèrent passer par la trémie : un sport plutôt dangereux qui en dit long sur les habitudes du quartier…

Voir le reportage de Bruzz

NOTRE COMMENTAIRE :

On voit dans cette affaire toute l’incompétence de l’équipe qui dirige la ville de Bruxelles, Yvan Mayeur en tête.

Il eût été éminemment logique de réglementer le stationnement sur cette énorme bande de terrain, au plus tard lors de la mise en piétonnier des boulevards centraux, le 29 juin 2015.

En effet, les clients des commerces du centre-ville de Bruxelles auraient au moins pu se garer sur ce terre-plein pouvant accueillir quelque mille véhicules.

Au lieu de cela, Yvan Mayeur et sa bande ont préféré y laisser des voitures ventouses et même des carcasses de voitures accidentées, le tout dans une ambiance de saleté et d’insécurité inimaginables…

Quand nous parlons de saleté, cela va très loin : c’est même une déchetterie gratuite.

Mais ils sont comme ça : ils ne réfléchissent pas !