Les entreprises fuient l’enfer de Bruxelles !

Nous avons abondamment parlé des commerçants et de leurs clients, des automobilistes, des habitants — tous désertent « BXL »1 —, mais nous n’avons, jusqu’ici, que peu évoqué les entreprises autres que les commerces de détail, à savoir les « bureaux ».

La zone des "bureaux" au nord-est du Pentagone
La « zone de bureaux » occupe le quart nord-est du Pentagone ; ce dessin illustre bien le fait que toute la moitié ouest du Pentagone — de la place de l’Yser à la gare du Midi — est totalement laissée à l’abandon. La « zone du Canal, au nord-ouest, est particulièrement dangereuse !

Pour l’essentiel, ces « bureaux » sont situés dans le quadrant nord-est de Bruxelles, c’est -à-dire entre City2 et la zone neutre.

Il fallait s’y attendre : à la suite de toutes les nuisances générées par le « piétonnier géant » de Yvan Mayeur, les entreprises quittent massivement Bruxelles — ou plus exactement « BXL ».

Michel
Ce commerçant exprime tout le désespoir des marchands au détail bruxellois, bloqués à l’intérieur du « piétonnier géant » de Yvan Mayeur : « Place au piéton! » proclame ironiquement le panneau datant de 2015 : tout le problème est que les gens aisés, les bons clients n’ont guère envie d’arpenter les rues du centre historique de Bruxelles, et ont tout simplement mis le cap sur le Fort Jaco et le Woluwe Shopping Center, quand ce n’est pas carrément Anvers, Waterloo ou Louvain-la-Neuve…

En effet, les « bureaux » sont beaucoup plus libres de se délocaliser que les commerces de détail rivés à leur zone de chalandise, et la plupart s’installent dans le Brabant wallon ou en Flandre occidentale.

Comme les entreprises quittent Bruxelles, que les commerces périclitent et que les habitants fuient, Yvan Mayeur va augmenter les taxes locales, ce qui va à son tour entraîner un nouveau « round » de départs.

Et comme les touristes ne viennent plus…

Dans l'imaginaire populaire, Yvan Mayeur est une sorte de monstre qui terrorise la population et fait fuir habitants, commerces et entreprises...
Dans l’imaginaire populaire, Yvan Mayeur est une sorte de savant fou ou de monstre satanique terrorisant la population bruxelloise et faisant fuir habitants, commerçants et entreprises…
Telles les affiches de cinéma des années 50, Yvan Mayeur et son piétonnier son représentés comme un film d'horreur... pour les commerçants et les habitants de "BXL", c'est plutôt un cauchemar !
Comme sur les affiches de cinéma des années 50, Yvan Mayeur et son « piétonnier géant » sont représentés tels un film d’horreur ; mais pour les commerçants et les habitants de « BXL », il s’agit plutôt d’un cauchemar quotidien !

Pour la première fois, plus d’un emploi sur deux est occupé par un Bruxellois dans la capitale : il y a donc de moins en moins de navetteurs.

Mais, pour la première fois également, le nombre d’emplois diminue lui aussi, ressort-il de l’enquête 2015 sur les forces de travail en Belgique du SPF Economie.

D’après l’enquête du SPF Economie, Bruxelles comptait 701.932 emplois en 2015, soit 18.200 de moins qu’en 2014 : c’est le chiffre le plus faible depuis 2010.

Voici comment Hergé voit Bruxelles en 2020 : une friche économique et commerciale
Voici comment Hergé aurait vu Bruxelles — pardon : « BXL » — en 2020 : une friche économique et commerciale : tout n’est plus que « Commerce à remettre », « Liquidation totale », « Maison à vendre ». Il n’y a certes plus d’automobiles, mais les transports en commun ont eux aussi complètement disparu : les piétons semblent visiter en touristes un site définitivement mort…

Parallèlement, le nombre d’emplois augmente dans toute la zone « RER », en dehors de Bruxelles. Le Brabant wallon connait ainsi la progression la plus spectaculaire du pays, avec +31% en 15 ans. Le Brabant flamand, en revanche, est en stagnation.

La deuxième plus grande progression provient de Flandre occidentale, où le parc d’emplois a augmenté de 20% en 15 ans.

En réalité, Yvan Mayeur est tout simplement un incompétent notoire, indigne de diriger la capitale de l'Europe...
En réalité, Yvan Mayeur est tout simplement un socialiste illuminé et un incompétent notoire, indigne de diriger la capitale de l’Europe : ce constat est sans doute encore plus effrayant que la théorie du savant fou ou du monstre satanique !

On voit aujourd’hui le résultat de la catastrophique gestion de Yvan Mayeur (PS) : la ville de Bruxelles est devenue la honte de l’Europe en termes de saleté, criminalité, embouteillages, fermetures d’entreprises, chômage, etc.

Le groupe de commerçants de Michel WAJS a mis sa tête à prix !
Le groupe de commerçants de Michel Wajs (ou Wajsbort) a mis la tête de Yvan Mayeur à prix : ses membres apposent ces autocollants blasphématoires un peu partout au sein de Bruxelles : voitures de police, horodateurs, panneaux de signalisation, etc. et naturellement sur leurs propres vitrines.

Les commerçants bruxellois réagissent en collant des logos comportant la tête de Yvan Mayeur avec la mention : NON ELU – PAS LE BIENVENU en référence aux événements du restaurant Cécila.

Après...
Après le savant fou, le monstre sanguinaire, le dictateur façon Chaplin et le fou du roi, Yvan Mayeur est représenté cette fois en … Kim Jong-un, le leader nord-coréen !

Mais il ne faut pas s’y tromper : cette démarche trahit le profond désespoir de centaines d’indépendants bruxellois financièrement étranglés par les agissements irresponsables de Yvan Mayeur !

Vampirella
Surnommée tour à tour : Vampirella, l’Hystérique, Lorette-la-Mitraillette, Sulfateuse et autres sobriquets du même acabit, L. Onkelinx vit très mal son éviction du gouvernement en 2014. Nous épargnerons au lecteur francophone la liste de ses surnoms dans la langue de Vondel…

Ex-ministre fédérale déchue en 2014, L. Onkelinx (également PS) s’occupe désormais du piétonnier de Bruxelles ; âgée à présent de 58 ans, cette femme aussi arrogante qu’incompétente ne sera plus jamais ministre.

Elle s'appelle Onkelinckx et un habitant de Bruxelles lui prodigue ce petit conseil
Un habitant de Bruxelles lui prodigue ce petit conseil amical afin qu’elle calme ses nerfs

Surnommée « l’Hystérique » en raison des hurlements stridents qu’elle émettait au Parlement après sa chute, L. Onkelinx a trouvé à Bruxelles-Ville une occupation plus en rapport avec ses aptitudes intellectuelles…

  1. Le nouveau nom de Bruxelles sous Yvan Ier