Monsieur Close, svp faites cesser l’anarchie !

Le nouveau visage de Bruxelles en 2017 : travaux incessants, pistes cyclables en construction un peu partout, déchets omniprésents, stationnement quasi impossible… et nous ne parlons même pas de la catastrophe économique causée par le piétonnier central !

Partout dans et autour de Bruxelles, la plus grande anarchie s’est installée.

Voici à quoi ressemble le boulevard Poincaré début juillet 2017 ! Des poteaux de signalisation ont été arrachés et abandonnés sur place… partout, ce ne sont qu’amoncellements de ferraille et de crasses !

La circulation y est devenue impossible, des pistes cyclables et des piétonniers apparaissent un peu partout ; de plus en plus de blocs de béton sont déposés, parfois sans le moindre égard pour ceux qui habitent les lieux ou y travaillent.

La Foire du Midi ou la perte de plus d’un millier de places de stationnement, durant le sixième de l’année (deux mois) ! A quoi sert-il d’avoir une carte permettant le stationnement en voirie s’il n’y a plus de place ? Autre question : cette foire avec ses poneys bientôt interdits en Région bruxelloise a-t-elle encore sa place sur le terre-plein central ?

Avec la Foire du Midi, des milliers de places de parking ont disparu ; on va en outre démolir le Parking 58 : à nouveau, des centaines de places passeront à la trappe.

Aux abords de la Foire du Midi, cette Mini Cooper aux couleurs britanniques est obligée de se garer sur le trottoir, rue Bodeghem : il n’y a tout simplement plus de place !
L’immeuble à droite fait l’objet de gros travaux de transformation en logements et l’autocar va partir pour Tanger : les riverains se garent comme ils peuvent… là où c’est interdit, car les emplacements autorisés sont devenus rarissimes boulevard du Midi ; à côté, le « vide » de la piste cyclable apparaît presque comme une provocation, d’autant qu’une piste bidirectionnelle existe déjà de l’autre côté, boulevard Poincaré

L’habitant subit les « événements », c’est-à-dire des spectacles pour jeunes qui produisent des nuisances sonores très importantes, jusque tard dans la nuit ; s’il est âgé, l’habitant peine à parcourir à pied plusieurs centaines de mètres avant de parvenir à une zone ouverte à la circulation automobile ou à une gare.

Ce paysage désolé, c’était jadis le cœur vivant de Bruxelles, le boulevard Anspach : c’est à présent une zone interdite… et on prévoit d’y effectuer de gros travaux durant deux années ? A droite, les initiés reconnaîtront, dissimulé derrière un tas de gravats, le restaurant chinois Chao Chow City où les touristes chinois vont prendre leur déjeuner bruxellois, entre Paris et Asterdam

Le commerçant bruxellois n’a plus les clients d’avant juin 2015 et perd entre 30 et 50% de son chiffre d’affaires : un grand nombre d’habitués aisés n’osent même plus mettre leur nez à Bruxelles, tant la situation y est anarchique (c’est littéralement devenu un labyrinthe sale et dangereux) ; quant aux livraisons, elles sont très difficiles.

La Bourse devrait un jour devenir le « Temple de la Bière » (« Beer temple »), mais en attendant c’est affreux ! A noter qu’une enseigne phare de Bruxelles toute proche, El Metteko, a fermé tout récemment : il suffit de regarder la photo pour comprendre pourquoi (on voit la première lettre de l’enseigne à droite, sur la marquise)…

Monsieur Close, svp faites cesser l’anarchie ! Dévoilez votre stratégie, votre vision personnelle pour Bruxelles !