Il veut assassiner Pascal Smet, ministre bruxellois de la mobilité

« Un jour il faudrait mettre des blocs en béton autour de son cou et hop ! » écrit Patrick Vanderstichelen sur un forum public de Facebook (il n’est même pas nécessaire de posséder un compte Facebook pour lire ce message)

Est-ce une mauvaise plaisanterie ? Nous l’espérons vivement !

Toujours est-il que Patrick Vanderstichelen — qui se dit antiquaire au Sablon — médite d’assassiner Pascal Smet, ministre sp.a de la mobilité à Bruxelles, en le balançant, après l’avoir lesté, dans une pièce d’eau.

Pascal Smet, ministre bruxellois de la mobilité, risque actuellement sa vie s’il faut en croire Facebook

Pascal Smet n’est certes pas parfait, mais de là à lancer publiquement des appels au meurtre… Patrick Vanderstichelen se rend-t-il compte de la gravité de ses propos ?

Celui-là veut faire chuter les cyclistes en rendant leur piste glissante à l’aide de savon noir…

Quand ce genre de forum associant insultes (« crétins au pouvoir ») et menaces de mort sera-t-il interdit sur Facebook ?

Ne dépensez pas votre argent en vains recours !

Yvan Mayeur est parti, ne l’oublions pas.

Introduire un recours contre le permis d’urbanisme dit du piétonnier, c’est faire à nouveau perdre deux longues années à Bruxelles.

Le résultat esthétique final sera peut-être moins mauvais qu’escompté : ces « œuvres d’art » urbaines donnent une idée du potentiel d’une vaste zone piétonne, mais le centre-ville de Bruxelles ne revêtira son nouveau visage définitif que dans plus de dix ans… soit après 2027 !

On ne peut plus se le permettre : le piétonnier central a été instauré le 29 juin 2015, c’est-à-dire voici plus de deux ans.

La version actuellement en place est une version « test », par définition peu esthétique.

Faisons confiance à notre nouveau bourgmestre Philippe Close, homme de terrain et de dialogue : sa tâche est extraordinairement difficile, mais en fin de compte il réussira — nous en sommes convaincus — à réunir un consensus

Les personnes habitant ou travaillant à Bruxelles ont depuis longtemps modifié leurs habitudes, si bien qu’un recours n’a plus aucun sens, même dans le cas très hypothétique où vous obtiendriez gain de cause !

La problématique du stationnement est aussi moins grave qu’il n’y paraît à première vue : il suffit de prendre un abonnement dans l’un des nombreux parkings publics, dont coût quelque 90 euros par mois.

Cela étant, il reste une solution radicale, que beaucoup ont d’ores et déjà adoptée : déménager et faire son shopping en dehors de Bruxelles…

Il a tout compris !

Hicham Kar a tout compris : le but de l’opération est bien de « transformer le centre en habitations privées » !

Le projet décrit dans nos News du 1er mars et du 17 juillet 2017 consiste bien à transformer le centre de Bruxelles — en tout cas la zone du piétonnier central — en zone « gentrifiée »1, donc essentiellement résidentielle, comprenant quelques superettes et de l’HORECA.

Resterait comme zone de shopping : la rue Neuve et l’axe Grand-Place – Manneken Pis pour les touristes (chocolats, dentelles et statuettes de Manneken Pis).

80% des commerces actuellement présents dans la zone doivent donc disparaître, de gré ou de force.

Voici le contexte précis de la déclaration de Hicham Kar sur Facebook, le 26 juillet 2017 :

Un morceau du fil de discussion concerné (le « post » de Hicham figure à l’avant-dernière position)
D’incessantes modifications du sens de circulation dissuadent la population de se rendre dans le centre-ville de Bruxelles

Lorsque nous écrivons de gré ou de force, ce n’est pas excessif : tout est fait pour dégoûter tant les habitants que les commerçants — même aujourd’hui, notamment via de perpétuels changements de sens de circulation2 — et leur offrir une porte de sortie fort commode : l’acquéreur de leurs biens immobiliers les a en effet déjà contactés, d’abord par téléphone, puis par écrit !

Et si c’était vrai ? Si la Ville de Bruxelles massacrait réellement les Bruxellois ?

La grande question est évidemment de savoir s’il existe un lien entre les autorités de la Ville et les acquéreurs de biens immobiliers situés au centre de Bruxelles.

Si ce lien existe, c’est-à-dire si la Ville de Bruxelles a délibérément créé une situation invivable au centre-ville afin de favoriser le rachat des biens de ses habitants ou commerçants par de grands groupes, nous sommes alors confrontés à un scandale mille fois plus grave que celui du SAMUSOCIAL !

Nicolas VIROUX semble avoir adressé la même lettre à bon nombre de propriétaires de biens situés dans le centre-ville de Bruxelles
La page LinkedIn de Nicolas Viroux : il s’y présente comme spécialiste en « real estate investment/development », ce qui signifie : placements immobiliers/promotion immobilière, CQFD

Il nous semble évident que Nicolas Viroux n’achète pas tous ces biens du centre de Bruxelles pour son compte propre… en tout cas, il est très très fâché que nous en parlions !

Mais, dès qu’on parle de cette affaire, des grands groupes internationaux — qui ont manifestement placé une « alerte » — bondissent sur notre site web, ici un groupe irlandais baptisé ARVATOFINANCE ! Tous ces grands groupes financiers ont en commun de s’attarder sur la fameuse page Il tente de racheter un maximum de biens immobiliers au centre de Bruxelles ; il est vraisemblable que ces groupes n’agissent pas isolément, mais ont pour l’occasion formé un consortium
  1. La gentrification (anglicisme créé à partir de gentry, « petite noblesse »), ou embourgeoisement urbain en français, est un phénomène urbain par lequel des personnes plus aisées s’approprient un espace initialement occupé par des habitants ou usagers moins favorisés, transformant ainsi le profil économique et social du quartier au profit exclusif d’une couche sociale supérieure.
  2. Et la liste est longue : vacarme nocturne causé par les « événements », inaccessibilité, stationnement quasiment impossible, mauvaise desserte par les transports en commun, insécurité épouvantable, etc.

Le centre de Bruxelles est devenu un véritable coupe-gorge !

Bruxelles est en train de se qualifier pour devenir la ville la plus dangereuse d’Europe : on ne compte plus les annonces d’agressions graves, surtout dans le centre !
Le malheureux casino VIAGE (bvd Anspach) n’aurait pu choisir pire emplacement pour la sécurité de ses clients…

Voir aussi l’agression dont fut victime le chanteur américain Gary Meskil rue de Tournai le 3 juillet 2017 (Bruzz, en néerlandais)

Le centre de Bruxelles en juillet 2017 — et ce qu’on en pense…

Il y a l’état de délabrement avancé de ces petites maisons de la rue du Midi, près de la Bourse, et il y a le style — si l’on peut dire — des commerces : c’est night shop et encore night shop ! Mais le loyer unitaire s’élèverait à 2.500 euros par mois…
Ce morceau de dialogue entre deux commerçants de la rue du Midi — sur Sylvain, le Syrien et la vieille radin « qui a une fille aussi crade qu’elle » — en dit long sur la sinistrose qui s’est emparée des esprits depuis l’instauration du piétonnier en juin 2015
Ce commerçant de la rue du Midi ne travaille plus que 28 heures par semaine, là où un Américain aurait travaillé le double pour compenser l’effet du piétonnier

Dentist in Belgium, sponsor de pietonnier.brussels

Dentist in Belgium est le premier site d’échanges entres dentistes européens à propos de postes de travail et de matériel dentaire en Belgique.

De plus en plus de dentistes des pays de l’Est ou du Sud viennent s’installer en Belgique ; leur première occupation a le plus souvent lieu au sein d’un cabinet social.

Le site comporte deux grandes sections : NEWS et ADVERTISEMENTS ; il est aussi riche en liens utiles (INAMI, lois et arrêtés, etc.).

Les langues utilisées sont indifféremment : l’anglais, le français et le néerlandais.

Dentist in Belgium est membre du GIESS.

Dentist in Belgium
Dentist in Belgium

Site web : Dentist in Belgium

Logo du GIESS
Logo du GIESS

NOTE : seuls les membres du GIESS non titulaires d’une profession libérale (médecin, dentiste, etc.) sont autorisés à faire de la publicité sur ce site

Philippe Close a prêté serment

Ce 20 juillet 2017, Philippe Close a prêté serment comme bourgmestre de Bruxelles : il devient ainsi, à 46 ans, le plus jeune maïeur de la capitale !

«Je suis conscient que la tâche ne sera pas facile» a déclaré le nouveau bourgmestre de Bruxelles.

M. Close a aussi précisé que les travaux d’aménagement du piétonnier central commenceront le plus tôt possible.

Une page peu reluisante de l’histoire de Bruxelles se tourne définitivement, en ce 20 juillet 2017…

Yvan Mayeur a fait « infiltrer le milieu des commerçants opposés au piétonnier »

Le milieu des commerçants opposés au « piétonnier géant » infiltré par les services de Yvan Mayeur

On a vu de tout : des trolls, des obligés de Yvan Mayeur… et même ce commerçant du quartier Saint-Jacques qui, pendant son intervention au cours de la Commission de concertation d’octobre 2015, lisait carrément un texte défilant sur son smartphone !

Cet homme — le seul qui se dise favorable au piétonnier — lit en réalité un texte sur le smartphone qu’il tient discrètement dans sa main droite… et quand son texte disparaît, il ne sait plus quoi dire ! Par la suite, il sera malgré tout interviewé par Télé Bruxelles…

Curieusement, cet homme fut l’un des rares à être interviewés par BX1 — qui s’appelait Télé Bruxelles à l’époque — à l’issue de la réunion… au titre du contradictoire ?

En 2017, il a récidivé… et BX1 également !