Pascal Smet porte plainte à la police et auprès d’Unia après des menaces

Pascal Smet, ministre bruxellois de la mobilité

Le ministre de la Mobilité Pascal Smet (sp.a) va porter plainte auprès de la police contre une quinzaine de menaces physiques, dont des menaces de mort, à son encontre. Son porte-parole confirme une information de BRUZZ en ce sens. Pascal Smet a également porté plainte auprès du centre pour l’égalité des chances Unia pour une série de menaces liées à son orientation sexuelle.

Chez Michel Wajsbort alias Wajs, les insultes volent bas : Pascal Smet est même comparé à… Adolf Hitler !

«Nous remarquons surtout depuis deux semaines un durcissement du débat, après la fermeture du viaduc Herrmann-Debroux», a expliqué le porte-parole de Pascal Smet à BRUZZ. Selon lui, les menaces proviennent surtout des milieux conservateurs et du lobby pro-voiture, et visent aussi souvent son orientation sexuelle.

« Con », « Crétin », « Tocard », etc.

Selon le porte-parole, l’intensité des menaces a augmenté ces deux dernières semaines. «C’est dû selon nous à la fermeture temporaire du viaduc Herrmann-Debroux. Une ambiance a été créée, principalement par le lobby pro-voiture et les milieux conservateurs, qui a fortement durci le débat.» Le ministre prépare une plainte pour aller la déposer mardi ou mercredi à la police.

Le groupe (public) Facebook de Michel Wajsbort alias Wajs, à partir duquel la campagne de haine et de violence fut lancée ; comme photo de groupe, Wajsbort n’avait rien trouvé de mieux que de représenter Pascal Smet violemment frappé au visage

Il a également déjà saisi le centre pour l’égalité des chances Unia contre les remarques et les menaces qui concernent son orientation sexuelle.

L’article de Bruzz

Voir article de Bruzz du 17 octobre (en néerlandais)

Interview de Pascal Smet (en néerlandais)