Pourquoi Yvan Mayeur refuse d’interdire la mendicité à Bruxelles

Selon Mme Bianca Debaets, secrétaire d’état régionale (CD&V), la mendicité accentue le caractère peu attrayant du piétonnier non réaménagé des boulevards du centre de Bruxelles.

Après deux années de conflits ininterrompus avec les habitants et les commerçants de Bruxelles, Yvan Mayeur apparaît bouffi et grisonnant : la lutte permanente avec ses administrés a en effet levé un lourd tribut sur cet homme de 57 ans, manifestement incompétent pour le poste de bourgmestre de la capitale de l’Europe

Yvan Mayeur (PS) a répondu qu’interdire la mendicité n’est pas faisable à Bruxelles parce que les SAC ne peuvent être imposées à des personnes non établies en Belgique, soit 90% du public concerné au centre de la capitale.

Nous pensons au contraire que tous les mendiants qui ont envahi son « piétonnier géant » font partie de son plan inepte pour dégrader Bruxelles en vue d’y favoriser la spéculation immobilière.

Nous sommes boulevard Anspach : l’homme aux béquilles vit littéralement à demeure dans un recoin de la façade d’ING (il est à noter que les mendiants professionnels prisent particulièrement les banques)
On voit sur cette photographie deux mendiants : l’homme aux béquilles à gauche, et plus loin son collègue accroupi près de l’homme portant un sac à dos ; les hommes assis sur le rebord du bac à fleurs sont des chômeurs, mendiants occasionnels

Cela étant, prendre en photo des mendiants ou des SDF — que Yvan Mayeur appelle « habitants de la rue » (sic) — est toujours une opération délicate… et même dangereuse, car beaucoup de ces personnes sont malheureusement toxicomanes.

Le « piétonnier géant » de Yvan Mayeur (photographié le 24 avril 2017) : l’endroit le plus déprimant au monde, depuis près de deux ans, a attiré une foule de loubards, mendiants, SDF et autres clochards, dont beaucoup sont toxicomanes — et donc très dangereux
Les commerçants du centre de Bruxelles estiment que Yvan Mayeur ne possède pas le niveau intellectuel (le QI) nécessaire pour gérer une grande ville moderne, et le raillent en l’assimilant au chien stupide Rantanplan…

Voir article de Bruzz (en néerlandais)