Surréaliste hôtel Métropole !

Yvan Mayeur le reconnaît sur Télé Bruxelles, et d’innombrables photographies et témoignages le prouvent : les véhicules automobiles parviennent désormais jusqu’au trottoir devant l’hôtel Métropole, mais… selon l’agence Belga, aucun accord n’aurait été trouvé avec la Ville de Bruxelles !

La direction du Métropole semble avoir contacté Belga, qui a ensuite diffusé ce 12 novembre — sans effectuer la moindre vérification — la dépêche suivante, visant à démentir les informations publiées par Le Soir et La Capitale :

La direction de l’hôtel Métropole dément l’existence d’un projet d’accord avec la Ville

(Belga) La direction de l’hôtel Métropole, établissement cinq étoiles en activité depuis 120 ans le long de la place De Brouckère, à Bruxelles, a démenti jeudi l’entrée en phase finale d’un projet d’accord sur les modalités de son accès dans le cadre de la mise en piétonnier des boulevards du centre. Depuis le mois de septembre, le dialogue avec les autorités de la Ville a repris. Plusieurs propositions d’aménagement ont été évoquées, mais aucune n’est privilégiée, a souligné jeudi le directeur général de l’hôtel, Gwenaël Odongui-Bonnard.

Dans le cadre de l’action en justice qu’il avait intentée contre le projet de piétonnier, l’hôtel Métropole avait obtenu gain de cause auprès du tribunal de première instance qui a ordonné le rétablissement de son accès aux voitures sous peine d’une amende de 500.000 euros. Les quotidiens Le Soir et La Capitale ont annoncé jeudi qu’un accord était sur le point d’être conclu entre l’hôtel et la Ville sur les modalités de rétablissement d’un accès automobile à l’entrée du prestigieux établissement. Selon ceux-ci, pour permettre de rejoindre l’hôtel en voiture, un système de bornes serait mis en place sur la voie publique, pour permettre à toute heure du jour d’autoriser l’accès aux lieux uniquement aux taxis et bus amenant de la clientèle, ainsi qu’à un véhicule de navette assuré par l’établissement de relier l’hôtel au parking Alhambra, situé à proximité. Interrogé par l’agence Belga, le directeur général de l’hôtel Métropole Gwenaël Odongui-Bonnard s’est dit « surpris » par cette information. Selon lui, le dialogue a repris avec la Ville et son bourgmestre, en particulier lors de deux réunions qui ont eu lieu depuis le mois de septembre. « Nous avons discuté de plusieurs propositions d’aménagements, mais pour l’instant il n’y a aucun accord », a-t-il commenté, précisant que la Ville doit transmettre très prochainement une proposition officielle à la direction de l’établissement.

Accès 16
Comment nier que la signalisation routière a été modifiée afin de permettre la « desserte locale » à contresens dans le dernier tronçon du boulevard A. Max — pourtant en sens unique — vers le Métropole ?
Accès 19
La preuve en images : venant du boulevard Jacqmain via la petite rue Saint-Michel, ce véhicule tourne à droite — un contresens autorisé pour « desserte locale » (sic) — dans le boulevard Max en direction du Métropole…
Accès 14
Il y a même une station de taxi (à contresens…) presque en face du Métropole : de qui se moque-t-on ?
TripAdvisor
C’est presque devenu ridicule : les clients du Métropole — par exemple ce couple de Français — déclarent sur TripAdvisor que les taxis parviennent effectivement jusqu’à l’hôtel, même si nombre d’entre eux n’ont pas apprécié leur séjour, pour certains en raison du bruit de la circulation automobile : un comble pour un hôtel situé sur un piétonnier (la rue du Fossé-aux-Loups fait partie du mini-ring) !

Pourquoi nier l’évidence ?

Parce que le secret fait partie du « deal » conclu, et le Métropole doit le respecter, sans quoi tous les autres commerçants logés à la même enseigne vont demander à la Ville des aménagements similaires !

En attendant l'accès via la rue du Fossé-aux-Loups, il faut emprunter le boulevard Jacqmain, tourner dans la petite rue Saint-Michel, puis tourner à droite dans l'ancien sens unique...
En attendant l’accès via la rue du Fossé-aux-Loups (et les bornes rétractables) en décembre, il faut emprunter le boulevard Jacqmain, tourner dans la petite rue Saint-Michel, puis tourner à droite dans l’ancien sens unique… Comme pour tous les projets mal conçus, il faut sans cesse réparer les dégâts, quitte à aboutir à des solutions en totale opposition avec l’idée originelle : ce sont toutefois les commerçants qui paient les pots cassés de l’incroyable incompétence de Yvan Mayeur et de sa bande d’amateurs ! Le client, lui, a fui depuis longtemps…