Yvan Mayeur a réussi à inventer le piétonnier pour véhicules automobiles

On parle, depuis des mois et des mois, du « piétonnier géant » voulu par Yvan Mayeur, et de ses conséquences désastreuses sur l’économie bruxelloise ainsi que sur la qualité de vie des habitants du Pentagone.

Mais, de la même manière que l’arbre cache la forêt, l’interminable discussion autour du « plus grand piétonnier d’Europe » perd complètement de vue le fait suivant : souvent, le piétonnier central de Bruxelles est davantage fréquenté par toutes sortes de véhicules que par des piétons !

En effet : camionnettes, voitures, motos, scooters, vélos et triporteurs fonçant à toute allure… et même poids lourds circulent à gogo sur le « piétonnier géant ».

A telle enseigne que ce « piétonnier géant » est particulièrement dangereux pour les piétons…

La hideuse place Fontainas représente l’épitomé de cette contradiction : même pietonnier.brussels ne sait plus où il faut mettre le pied.

En revanche, là où le bon sens imposait d’installer un piétonnier — par exemple place Saint-Géry1— Yvan Mayeur a maintenu la circulation automobile ; cette circulation est cependant vaine, car elle ne mène nulle part et il est en outre impossible de se garer : l’automobiliste tourne donc plusieurs fois en rond dans ce cul-de-sac, puis quitte Bruxelles pour ne plus jamais y revenir.

Que tel ou tel gouvernement gaspille des millions d’euros en publicité pour « faire revenir les touristes » alors que cette situation ridicule persiste au cœur même de Bruxelles constitue une nouvelle absurdité — une de plus !

Cette
Cette première automobile — surgie de nulle part — s’engage sur le piétonnier : on y compte d’ailleurs plus de véhicules que de piétons !
Une autre
Immédiatement après, cette seconde automobile surgit à son tour, menaçant l’homme qui arrive en scooter : qui a la priorité sur le piétonnier (la première voiture est déjà loin, mais on l’aperçoit encore) ?
Anspach 2
Boulevard Anspach : peut-on encore parler sérieusement d’un piétonnier ? Et dire que les commerçants du centre de Bruxelles perdent 30% de leur chiffre d’affaires pour cette folie ! On voit les anciens marquages au sol qui ont été mis, puis enlevés, puis remis ailleurs… aux frais du contribuable bruxellois
Le Hop-On Hop Off débouche tout près de l'entrée du piétonnier
Le Hop-On Hop-Off du piétonnier… le seul problème est que les touristes qu’il transporte n’ont pas le droit de débarquer sur le « piétonnier géant » : ils risqueraient d’alimenter l’économie locale — celle que Yvan Mayeur veut asphyxier afin que ses chères « grandes enseignes » rachètent le tout à vil prix ! On notera les véhicules garés (à gauche) dans l’alignement du trottoir et les « piétons » marchant sur la chaussée, à côté des véhicules en mouvement : le monde à l’envers en somme !
Un automobiliste qui s'est perdu dans le labyrinthe surgit sur le piétonnier
Cet automobiliste perdu dans le labyrinthe du mini-ring surgit tout à coup sur le piétonnier, mettant en danger plusieurs piétons — ou plus exactement : des personnes se déplaçant à pied sur le piétonnier… A noter qu’on se situe ici dans le segment le plus central, et donc le plus protégé, du « piétonnier géant », entre la Bourse et la place de Brouckère (que l’on voit au fond)
Place de Brouckère : en moto, sur le trottoir... et devant la police !
Place de Brouckère : en moto, sur le trottoir, au nez et à la barbe de la police !
Saint Géry
Place Saint-Géry : c’est précisément ici que Yvan Mayeur aurait dû installer son piétonnier, car il y aurait connu un succès certain. Or que voit-on ? Il n’y a pas un chat — à 11h du matin ! —, il est impossible de se garer (Yvan Mayeur a planté des bites partout) et il est impossible de rejoindre le « piétonnier géant » (puisque celui-ci est interdit aux voitures). Seule solution : tourner en rond autour du bâtiment des Halles, comme le fait cette Mini… jusqu’à ce que son conducteur se lasse de cet exercice et reprenne le « mini-ring » en jurant qu’on ne l’y reprendra plus !
La place Fontainas
La place Fontainas : ce lieu épouvantable — l’un des sites les plus déprimants au monde — avec son immeuble stalinien du syndicat gréviste « CGSP-ACCOD » constitue pourtant le pôle sud du « piétonnier géant » de Yvan Mayeur, et donc le pendant de la place de Brouckère. Lorsque la Ville de Bruxelles a proposé aux héritiers de Hergé, père de Tintin, un tel cadre pour édifier le musée qui lui serait dédié, ceux-ci se sont enfuis ! Même pietonnier.brussels ne sait plus où le trafic automobile y serait permis, interdit, toléré ou sauvage… Aux débuts du « piétonnier géant », en 2015, les véhicules automobiles — et notamment l’énorme bus articulé 46 de la STIB — devaient faire le tour de la piazzetta, puis s’engager dans la rue des Bogards, laquelle a changé trois fois de sens en cinq ans : il semble qu’à présent, il n’y ait plus vraiment de règle : tout le monde roule ou marche un peu partout !
  1. Evidemment, ce piétonnier Saint-Géry n’aurait pu mériter le qualificatif de « plus grand d’Europe » flattant l’ego surdimensionné du sieur Mayeur, ceci expliquant cela.